Omlet Blog France

Date Archives: octobre 2018

Comment utiliser un clicker avec son chien

Un clicker, qu’est-ce que c’est ?

Un clicker est un petit boîtier équipé d’un bouton qui émet un petit « click » quand on le presse. Dans les années 50, il était surtout utilisé pour le dressage des dauphins et des autres mammifères marins, mais il est très vite devenu un incontournable des dresseurs canins.

Pourquoi utiliser un clicker plutôt que de simples commandes verbales ?

Pour donner des ordres à un chien, la voix de l’homme est en réalité difficile à interpréter et peut même parfois prêter à confusion. Le même mot peut être prononcé avec des intonations qui varient souvent d’un contexte ou d’une personne à l’autre. À l’inverse, le clicker produit toujours le même son, ce qui vous permet d’aller droit au but avec votre chien et de l’éduquer efficacement.

Quelques conseils :

  1. Armez-vous de patience

  2. Choisissez un lieu approprié au dressage, avec le moins de distraction possible pour votre chien

  3. Faites-le quand votre chien a encore faim, sinon les friandises ne seront pas une source de motivation suffisante

  4. Veillez à ce qu’il ait fait ses besoins avant pour capter pleinement son attention

Première étape : le renforcement positif (clicker, friandises)

Le clicker est un outil de dressage qui se base sur le renforcement positif. Quand vous éduquez votre chien avec un clicker, vous devez encourager et renforcer un comportement positif plutôt que de punir ses « mauvaises » actions. Pour commencer, vous devez lui apprendre à associer le son du clicker à une récompense. Actionnez le bouton et donnez-lui une friandise juste après ; répétez le processus une dizaine de fois puis faites une pause. Vous devrez faire ces petites sessions plusieurs fois par jour, tout en prenant soin de bien varier l’heure et le lieu de la pratique pour que votre chien associe la récompense au clicker plutôt qu’à un endroit ou à un moment de la journée.

Souvenez-vous que le son du clicker devient une promesse de récompense, donc si vous appuyez dessus par mégarde, vous devrez lui donner une friandise.

Deuxième étape : apprendre des ordres à son chien (ordre, exécution, clicker, récompense)

Une fois que votre chien a bien compris qu’un « click » était synonyme de récompense, il est temps de commencer le dressage à proprement parlé. Si par exemple vous voulez lui apprendre à s’asseoir quand vous dites « assis », vous devrez accompagner votre ordre « assis » d’un geste de la main (peu importe lequel mais pensez-bien à vous en tenir à celui que vous aurez choisi et à ne jamais le changer). Dès que votre chien s’assoit, appuyez immédiatement sur le clicker et donnez-lui une récompense. Répétez cette routine (ordre-exécution-clicker-récompense) jusqu’à ce que votre chien ait assimilée l’ordre.

Si vous avez des doutes ou des questions sur le dressage au clicker, n’hésitez pas à contacter un professionnel.

Sources :

https://www.companyofanimals.co.uk/brands/clix-training

https://www.petsafe.net/

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised on October 4th, 2018 by mathieugrassi


L’Eglu Go : une maison de rêve pour les poussins et les canetons

Eglu Go d’Omlet : une maison de rêve pour les poussins et les canetons

Par Lotte Denckert – www.selvforsyningilandsbyen.dk @selvforsyningilandsbyen


J’ai eu la chance de pouvoir tester l’Eglu Go. Depuis le printemps dernier, j’ai eu deux couvées, d’abord des poussins, puis plus tard des canetons, et les deux ont habité dans l’Eglu Go.

Le verdict est sans appel : c’est un excellent clapier d’élevage, idéal pour les poussins. L’intérieur est facile à nettoyer, il n’y a aucun courant d’air (et pourtant, il est bien aéré), il convient parfaitement à des poussins ou des canetons. En plus, l’extension les protège très bien, surtout que les plus jeunes peuvent être des proies de choix pour les rapaces et autres prédateurs.

L’Eglu Go pour l’élevage des poussins

Au début, mes poussins vivaient en cage dans notre chambre d’ami. J’ai utilisé un incubateur pour les faire éclore puis j’ai dû me servir d’une couveuse pendant les premiers mois car il faisait trop froid dehors. Quand les températures ont commencé à grimper et que les premières plumes apparaissaient sur les poussins, je les ai installés dans le poulailler. Ils y sont restés environ 10 semaines. Ils étaient 10 en tout, il y avait de la place pour tout le monde jusqu’à ce qu’ils atteignent leur taille adulte et qu’ils soient en âge de rejoindre les autres poules dans le poulailler principal. J’ai retiré les perchoirs de l’Eglu Go car les poussins ne dorment pas dessus. J’ai rempli de poulailler d’une bonne couche de paille et de copeaux de bois car il faisait encore un peu frais au printemps.

Ce poulailler est simple à déplacer, surtout si vous possédez les roues qui vont avec. Vous pouvez donc le changer d’emplacement lorsque l’herbe dessous commence à se raréfier, ce qui permet aux poussins de toujours avoir de l’herbe fraîche sous leurs pattes.

Avoir un enclos fermé au-dessus est très pratique dans les premiers temps. Les poussins sont à la merci des rapaces, et cet enclos les protège des attaques d’oiseau. Au début, les poules plus âgées étaient aussi une menace pour eux : elles peuvent être assez réticentes à l’idée de devoir accueillir de nouveaux arrivants. Les poussins ont donc pu rester au calme dans leur enclos et les poules ont pu s’habituer progressivement à leur présence. Ça m’a bien simplifié la tâche quand j’ai dû faire les présentations car elles se connaissaient déjà.

  

L’éclosion et l’élevage dans l’Eglu Go

Quand les poussins sont devenus trop gros pour habiter tous ensemble dans le poulailler, je les ai mis dans l’enclos principal et du jour au lendemain, je me suis retrouvée avec un Eglu Go vide. Il se trouve que mes canes avaient pondu beaucoup d’œufs dans un grand nid mais qu’aucune d’entre elles ne semblait vouloir s’en occuper. Comme j’avais déjà deux poules soies couveuses, j’ai essayé de leur attribuer cette fonction pour ces œufs-là. Elles ne les ont pas rejetés et avaient l’air contentes de pouvoir couver. Environ une semaine avant qu’ils éclosent, j’ai mis les deux couveuses et leurs œufs dans l’Eglu Go. Les poules l’ont très bien vécu, elles ont continué de s’en occuper. Une semaine plus tard, huit petits canetons sont venus au monde !

J’ai à nouveau retiré les perchoirs car les canards ne s’en servent pas et je leur ai installé deux nids à la place. Les poules s’occupaient bien des petits, ça n’avait pas l’air de les déranger que leurs progénitures aient des pattes palmées.

Là encore, les autres volailles de mon jardin se sont habituées petit à petit à la présence des nouveaux canards. Ainsi, il n’y a eu aucun problème lorsque j’ai laissé les canetons et leurs mères rejoindre le reste de la troupe une semaine plus tard.

L’avantage de l’Eglu Go quand on a des canards est que ces derniers préfèrent dormir dehors. Une fois la nuit tombée, je les laisse dans l’enclos qui sert d’extension au poulailler car quand celui-ci est fermé ils sont vraiment à l’abri des prédateurs. En plus, ils peuvent toujours dormir dans l’Eglu s’ils en ont envie. J’ouvre la porte de l’enclos le matin pour qu’ils puissent vagabonder à leur guise dans le jardin et attraper limaces, escargots et insectes.

Je recommande sans la moindre hésitation ce poulailler, que ce soit pour des poussins ou pour des canetons. Je préfère largement utiliser l’Eglu Go pour l’incubation plutôt que de faire de l’incubation « naturelle » ou d’utiliser une couveuse automatique. L’extension de 3m est très pratique car elle permet aux petits d’avoir plus d’espace pour jouer et pour se lancer dans l’exploration.

  

 

.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised on October 4th, 2018 by mathieugrassi