Omlet Blog France

Date Archives: décembre 2019

Des anciennes poules de batterie pour compagnie

Caramel Quin et ses enfants gardent des poules dans l’Est de Londres. Voici une chronologie de parcours d’anciennes poules de batterie qui ont intégré leur autre poule.

On avait tout d’abord deux poules et un grand poulailler Eglu Cube. L’une de nos amies qui avait gardé des poules pendant huit ans devait récupérer son jardin, et comme nous avions songé à garder des poules, elle nous les a gentiment données. On les a appelé Buffy et Britney (Je n’ai aucun regret avoir inculqué la culture pop des années 90 à mes pré-ados !).

C’était il y a environ un an. Buffy est encore en pleine forme, mais malheureusement Britney n’est restée en vie que 2 mois. Dès lors nous étions déjà épris de nos poulettes et étions sur la liste d’attente de l’association British Hen Welfare Trust pour récupérer les anciennes poules pondeuses de batterie. Nous y sommes allés dès que possible : Buffy avait besoin de compagnie, ou bien était-ce-nous ?

Nous nous somme rendus à une journée porte ouverte de sauvetage et adoption, et rentrions à la maison avec 6 poules sous le bras (enfin, dans 2 boîtes en carton). Les pauvres poulettes étaient squelettiques, anémiques, et en piteux état. Leur crête était pâle et pendante. Notre chien, qui était enfermé à l’intérieur, en salivait de faim comme dans les dessins animés, bien qu’elles n’aient que la peau sur les os. Nous donnions le sobriquet “Necky” à la poule qui avait le moins de plume : elle faisait plus dinosaure que poulette. Nous nommions la plus hardie “Dora l’Exploratrice” pour sa capacité à fureter les quatre coins du jardin.

Un Jardin ! Il était difficile d’imaginer que ces poules n’avaient jamais auparavant vu le jour. Tout était nouveau pour elles, alors que pour la première fois de leur vie elles se reposaient sur leurs instincts naturels, en grattant et becquetant le sol pour y trouver des insectes. Nous les laissions inspecter leur nouvel environnement pendant que Buffy regardait le spectacle depuis le poulailler. Ensuite nous échangions les lieux et les poules mangeaient pendant que Buffy était dehors.Plus tard, nous les rassemblions toutes ensembles et observions plein d’enthousiasme alors que la première d’entre elles grimpait en haut de l’échelle et y trouvait l’Eglu !

La première nuit, toutes ne trouvèrent pas le chemin du dortoir en haut de l’échelle. Deux d’entre elles s’accroupirent sous le Eglu Cube, je rentrai donc dans le poulailler, les pris gentiment dans mes mains et les rentrai manuellement au poulailler pour la nuit. Dès lors, elles surent où était leur chez-elles, et s’y installaient avant que la Autodoor ne se ferme et les garden bien au chaud et en sécurité pour la nuit.

Nous leur donnions beaucoup de temps en plein air. Nous achetions aussi d’autres mangeoires et abreuvoirs, pour éviter les bousculades et persécutions au moment du dîner. La mangeoire suspendue est finalement la meilleure car toutes les sept pouvaient s’y affairer en même temps. Pendant les 2 premières semaines, je remplaçais les boulettes par des graines, car les poules n’étaient nourries que par de la nourriture plus petite dans leur environnement en batterie.

Au cours du deuxième jour, nous trouvions quelques oeufs au hasard dans le jardin, et même un dans le creux d’un bain de poussière. Mais au bout d’une semaine, toutes avaient bien compris où était le pondoir. N’ayant jamais eu plus de deux oeufs par jour, imaginez en avoir cinq ou six (voire même sept oeufs une fois). Les poules d’ancienne batterie sont de bonnes pondeuses, elles sont élevées pour ça après tout.

Je me souviens du deuxième jour : il pleuvait et les pauvres poulettes paniquaient, n’ayant jamais vécu auparavant ces balles mouillées qui tombaient du ciel. Je me souviens aussi leur jeter quelques tomates-cerise sur le sol et voir les poules courir aux abris, comme si j’avais lancé une grenade dans les tranchées.

Le harcèlement ne fut heureusement pas aussi mauvais que je l’avais craint. Elles étaient à 6 contre 1 : Buffy contre Willow, Betty, Mercury, Dora, Chirpy da Hen and Mango Buckbeak. Nous ajoutions des bagues colorées à leur patte dès le début, avant leurs plumes ne poussent et qu’il devienne difficile de les distinguer. Étant donné que nous les avions adoptées en avril, leur plumage mit longtemps à se développer. Apparement, les plumes poussent plus vite si vous adoptez en hiver car elles en ont besoin pour se garder au chaud.

Chirpy et Mango furent les dernières à développer leur plumage et à se faire embêter, et parfois même étaient écartées de la nourriture, mais nous leur donnions de nombreuses heures à l’air libre pour que les poules plus plus costaud sortent et laissent la place aux plus petites près de la mangeoire.Petit-à-petit, le harcèlement donna place à du becquetage gentil entre poulettes, une entraide de toilettage après un bain de poussière ou bien pour libérer la pousse de nouvelles plumes.

Après sept mois, Buffy est toujours parmi nous, ainsi que quatre des poulettes adoptées. Willow et Mercury n’ont malheureusement pas survécu : l’une est morte subitement, l’autre a été malade pendant quelques jours avant de succomber. Mais nous avons aussi ravivé les autres en pleine santé : mon fameux porridge à la banane est bien connu désormais pour ramener les poules mourantes parmi les vivants.


La star du poulailler est Chirpy da Hen, qui, j’en suis persuadé, survivra à toutes les autres. Peut-être même me survivra-t-elle ! Elle nous a bien fait peur il y a quelques mois avec une protubérance au derrière d’une taille énorme. Nous l’avons nettoyé et examiné et étions convaincus que c’était une tumeur et nous pas simplement un prolapsus. Nous l’avons séparée des autres poules dans une cage pour ne pas qu’elle se fasse becqueter par les autres. Nous lui avons donné du porridge à la banane à manger et des antidouleurs. Une semaine passait et son derrière s’améliorait progressivement jusqu’au moment où par le plus grand miracle nous avons pu tout remettre en place et la réintégrer avec les autres poules. Elle va maintenant bien. Même plutôt très bien. C’est une vraie guerrière.

L’Association BHWT fait très attention quant aux attentes sur l’espérance de vie des poules pondeuses, qui est très difficile à prédire. Ils disent simplement : « Grâce à vous votre poule a connu la gentillesse et la vie en dehors du système d’élevage commercial, et c’est plus qu’elle ne pouvait jamais espérer. »Si vous pensez que les animaux de compagnie sont un bon moyen d’enseigner la mortalité aux enfants, les anciennes poules de batterie s’avouent excellentes. Elles sont rigolotes, leurs oeufs sont délicieux, et on se donne un bon sentiment à leur donner une vie au grand air, quelque soit la durée de cette vie.

Nous poulettes ont une très belle vie avec du plein air chaque jour. Elles mangent bien, et font même des acrobaties pour manger les roses et les fuchsias des arbustes. Le chien s’est bien habitué à elles et peut sortir en même temps qu’elles sans avoir cet air de chien affamé des dessins animés.

J’ai récemment surclassé mes poulettes dans le luxe avec un grand enclos avec un abris contre la pluie, qui est autant pour moi que pour les poules. L’avantage principal pour moi est que je peux nettoyer l’enclos sans avoir à me baisser constamment. Les poules ont aussi plus d’espace, et cela permet à nos enfants et à nos invités de pouvoir leur rendre visite.

La boucle est désormais bouclée avec Buffy qui a sa première mue, elle est à moitié chauve par ce froid, pendant que les anciennes poules pondeuses sont presque entièrement remplumées. Nous envisageons d’ajouter d’autres anciennes poules pondeuses à notre couvée l’an prochain. Au début nous étions principalement intéressés par les oeufs, mais c’est désormais bien plus que ça : elle font maintenant partie de la famille. C’est juste qu’elles pondent aussi des oeufs délicieux !

Pour plus d’information sur les poules pondeuses et peut-être aussi comment vous pouvez vous aussi en recueillir chez vous, vérifiez la ‘Pondation de Félicie’.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Poules on December 19th, 2019 by linnearask