Omlet Blog France

Date Archives: mai 2020

Pourquoi l’air frais est bénéfique à la santé des chats

En regardant un chat rôder dans l’herbe ou simplement se détendre au soleil, il apparaît clairement que ces animaux aiment être dehors. Si vous vivez à la campagne, cela ne pose aucun problème et les chats y profitent à la fois du grand air et du confort domestique. En revanche, en ville, les propriétaires sont parfois moins enclins à laisser leur chat gambader à l’extérieur.

Les chats des villes ont généralement une durée de vie plus réduite que les chats des campagnes. Cela n’a rien à voir avec les bienfaits de l’air frais mais plutôt dû au fait que la majorités des morts prématurées de nos amis félins sont causées par des accidents de la route, et qu’en ville, le chat est susceptible de perdre ses neuf vies beaucoup plus rapidement.

Pourquoi les chats aiment-ils être à l’extérieur ?

Aimez-vous passer du temps au soleil, en respirant à pleins poumons, une légère brise caressant votre visage ? Les chats également. Tout comme vous, ils apprécient les activités qui ne peuvent pas se faire entre 4 murs. Ils sont stimulés par le mouvement, les sons et les odeurs, et même le plus petit jardin est une mine d’informations. Les chats explorent tout ce que le monde a à offrir, ce qui leur procure une stimulation à la fois mentale et physique et fait d’eux des chats heureux et en bonne santé.

Des recherches ont montré que certains sons, notamment le piaillement des rongeurs et le gazouillement des oiseaux, sont particulièrement stimulants pour les chats. D’un point de vue instinctif, ils trouvent ces sons agréables et captivants; et tous les animaux mérite que leur instinct soit satisfait.

Si on leur en donne l’occasion, les chats exploiteront pleinement les avantages de la vie à l’air libre, bien évidemment dans un environnement proche, mais aussi dans une zone géographique beaucoup plus vaste, parcourant parfois des territoires d’un kilomètre de rayon autour de leur foyer. Ils noueront toutes sortes de relations sur ce territoire, certaines amicales et d’autres un peu moins, mais qui feront toutes partie de leur vie trépidante de chat.

Ainsi, la vie en extérieur est un excellent moyen de réduire le stress car elle donne au chat les nombreuses informations dont il a besoin pour rester alerte et satisfait et lui permet de se détendre dans son habitat naturel.

Toutefois, les propriétaires qui souhaitent garder leurs animaux à l’intérieur ne doivent pas se sentir coupables de leur décision. Ils peuvent malgré tout offrir à leur animal la plupart des avantages de la vie en extérieur.

Comment faire entrer le monde extérieur à l’intérieur

La race, et donc la personnalité, joue un grand rôle dans la satisfaction d’un chat. Certaines races, dont le Birman, le Siamois, le Korat, l’Oriental et l’Abyssin, ont besoin du plein air comme un pianiste a besoin d’un piano et elles ne seront pas heureuses si on leur refuse l’accès à l’extérieur. D’autres races, comme le Persan, le Bleu russe et le Ragdoll, semblent avoir été élevées pour passer leur vie sur un canapé et se contenteront parfaitement d’une vie en intérieur. La plupart des chats croisés aiment profiter des avantages des deux mondes, donc si votre chat est destiné à vivre en intérieur, il vous faudra rendre votre maison un peu plus « sauvage ».

Si vous stimulez votre chat grâce à des jouets, y compris ceux contenant de l’herbe à chat, vous faites déjà la moitié du travail. Il convient également d’ouvrir les fenêtres en grand pour laisser entrer l’air frais, les odeurs et les sons, sans pour autant offrir une porte de sortie au chat. À défaut, ouvrir la porte donnant sur le jardin, tout en fermant les portes intérieures, permettra à l’air frais de circuler.

Si l’espace le permet, un enclos pour chats est une excellente solution. Il peut être relié à la maison par une chatière sur la porte qui permet à votre animal de passer autant de temps qu’il le souhaite à l’extérieur. Si l’enclos n’est pas relié à la maison, vous pouvez tout à fait y laisser votre animal pendant que vous profitez de votre jardin. Ou, si vous partez au travail de bonne heure, vous pourriez apprendre à votre chat à se promener en laisse. Cette activité nécessite cependant une organisation minutieuse car il est essentiel d’éviter les chiens pendant leurs promenades !

Même si vous vivez en appartement, il est tout de même possible de laisser votre chat sortir à l’air libre, à condition de disposer d’un balcon. L’ Enclos de balcon pour chats de chez Omlet convient à la plupart des balcons et offrira à votre chat un espace sécurisé pour sentir le vent dans sa fourrure.

Les principales informations à retenir sont que les chats ont besoin d’air frais et de tous les bienfaits de l’extérieur. Toutefois, les chats des villes qui mènent une vie agréable sur le canapé peuvent profiter de la plupart des plaisirs et des stimulations de l’extérieur en restant à l’intérieur.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Chats on May 29th, 2020 by linnearask


Tout ce qu’il faut savoir sur les coqs

La plupart des éleveurs de poules se consacrent uniquement aux poules et aux œufs. Les coqs ne font tout simplement pas partie de leurs priorités. Après tout, ces derniers sont territoriaux, toujours prompts à défendre leurs poules et, comme chacun le sait, bruyants au petit matin.

Mais ce sont aussi de magnifiques oiseaux, et si vous avez l’intention de faire naître vos propres poussins, vos poules auront besoin de recevoir les faveurs d’un coq.

Il y a de nombreux aspects à prendre en compte si vous envisagez d’ajouter un coq à votre groupe.

Tout d’abord, les avantages

Les coqs ont une allure fantastique lorsqu’ils se pavanent sur leur territoire. Leur énorme crête et leur caroncule tremblent comme de la gélatine, leurs plumes arrière pointues et leur « crinière » de plumes hérissées le long de leur cou sont spectaculaires, et leur attitude ressemble à celle d’une personne qui vient de se trémousser sur la piste de danse.

Mais il n’y a pas que la beauté qui compte. Les coqs sont constamment à l’affût du danger et s’attaquent à tout intrus qu’ils pensent pouvoir repousser. L’oiseau n’est pas assez bête pour se mesurer aux chiens ou aux chats, mais à travers son langage corporel et ses cris d’alarme, il leur fera clairement comprendre qu’ils ne sont pas les bienvenus. Ce comportement donne aux poules le temps de se réfugier et le coq battra lui aussi en retraite si les choses prennent une tournure dangereuse.

Un coq apporte de l’harmonie à un groupe de poules, en s’assurant qu’aucun de ses membres n’est maltraité et en veillant au maintien de l’ordre, à la manière d’un chien de berger discret et bienveillant.

Si vous voulez faire naître des poussins, la seule solution est de faire appel aux services d’un coq. Les œufs fécondés restent comestibles, à condition que vous les ramassiez quotidiennement. Un œuf fécondé qui n’est pas couvé par une poule ne se pourra pas devenir un poussin.

Et les inconvénients ?

Si vous vivez dans une ville ou un village, le bruit peut être un problème pour les voisins. C’est d’ailleurs pour cette raison que les coqs sont interdits dans de nombreuses villes aux États-Unis. Cependant, si les réglementations n’interdisent pas catégoriquement les coqs, la loi est de votre côté. Mais qu’en est-il de ces voisins exaspérés ?

L’ironie réside dans le fait que les personnes qui élèvent des coqs, et bien d’autres animaux à leurs côtés, aiment le chant du coq au petit matin. Moi la première, en tant qu’auteure de cet article, je lève la main et avoue aimer le chant du coq à l’aube et je précise que j’habite dans un village où une demi-douzaine de coqs se livrent bataille dès potron-minet. C’est un chant bien plus agréable que celui des moteurs de voiture et des portes qui claquent lorsque les gens partent travailler. Si ces derniers supportent le bruit généré par le trafic routier, ferroviaire et aérien, ils peuvent sans doute se faire au merveilleux chant d’un coq qui s’exprime à gorge déployée.

Malheureusement, ces personnes sont rares et un coq chanteur peut être à l’origine de disputes et de plaintes. Donc, si vous vivez à proximité de vos voisins, c’est un problème que vous ne pouvez pas ignorer. Commencez par en parler à tous ceux qui vivent suffisamment près de chez vous pour entendre le chant d’un coq et voyez ce qu’ils pensent de cette idée. On ne sait jamais, peut-être se montreront-ils très enthousiastes à l’idée d’avoir un nouveau mode de réveil !

Il existe des moyens de faire taire les coqs avant que tout le monde ne soit sorti du lit. Certaines personnes ne jurent que par les colliers anti-chant, des bandes de velcro qui limitent la circulation de l’air vers la cavité sonore du coq. Elles ne blessent pas les oiseaux et n’affectent pas leur respiration mais transforment le bruyant COCORICO ! en un chant beaucoup plus discret. Si votre coq est grand, un poulailler à toiture basse peut également vous aider. Les coqs doivent étirer leur cou pour chanter, et si le toit du poulailler n’est pas assez haut pour lui permettre de le tendre complètement, il devra attendre que vous le laissiez sortir.

Ceci étant dit, il convient de noter que les coqs chantent spontanément et que si vous (ou vos voisins) ne supportez pas d’être réveillés à l’aube, il est préférable de s’en tenir à l’élevage de poules.

Le coq n’est pas seulement une version avicole du chien de berger, c’est aussi un chien de garde. S’il remarque un intrus, il vous le fera savoir. C’est exactement le genre de surveillance que l’on attend d’un oiseau autrefois considéré comme le messager du dieu soleil. Et c’est une belle image : il ne chante pas pour ennuyer qui que ce soit, il chante pour annoncer l’arrivée du soleil qui donne la vie. Qui pourrait dire non à cela ?

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Poules on May 27th, 2020 by linnearask


Préparez de délicieuses pâtes maison avec les œufs de vos poules

Ingrédients

Farine italienne de type 00 ou à défaut de type 45
Des oeufs
Du sel

Les pâtes faites maison sont l’une des recettes les plus faciles à mémoriser car les proportions sont de 1 pour 100. Pour chaque convive, il vous faut 1 œuf et 100 g de farine pour pâtes, plus un peu de sel pour l’assaisonnement, et c’est tout ! Voici comment nous les préparons chez Omlet :

🔸 Il faut tout d’abord peser la farine avant de la répartir sur une surface propre en formant un monticule. Ajoutez un peu de sel puis creusez un large puits au centre et cassez-y vos œufs.

🔸 Avec une fourchette, battez légèrement les œufs puis incorporez lentement la farine en la ramenant vers le centre. Continuez ainsi jusqu’à ce que la quasi totalité de la farine soit incorporée. Vous devrez probablement utiliser vos mains vers la fin de cette étape. Une fois que le mélange a pris la forme d’une boule, commencez à pétrir la pâte. Si elle est d’un aspect assez granuleux au début, la pâte deviendra de plus en plus homogène grâce au pétrissage .

🔸 Travaillez bien la pâte jusqu’à ce qu’elle soit élastique et souple. Faites toutefois attention à ne pas trop la pétrir car vos pâtes fraîches deviendraient dures et caoutchouteuses. Une fois cette étape terminée, placez votre pâte dans un bol couvert ou enveloppez-la d’un bee wrap, puis laissez-la reposer au réfrigérateur pendant 30 minutes.

🔸 Sortez votre pâte du réfrigérateur. Selon la quantité préparée, vous devrez peut-être diviser la pâtes en pâtons plus faciles à travailler.

🔸 Commencez par étaler une boule de pâte avec un rouleau à pâtisserie avant d’utiliser votre machine à pâtes. Faites glisser la pâte dans la machine sur le réglage le plus épais; une fois passée entre les rouleaux, pliez la pâte en deux et répétez l’opération. Faites ensuite passer la bande de pâte sur un réglage moyen, pliez-la en deux et répétez l’opération. Réglez maintenant les rouleaux sur l’épaisseur la plus fine et faites passer votre pâte à deux reprises dans la machine, mais sans la plier cette fois. Elle doit désormais se présenter sous la forme d’une longue bande ressemblant à une feuille de lasagne et être suffisamment fine pour que votre main soit presque visible au travers.

🔸 Maintenant, il est temps d’utiliser l’accessoire « linguines” ou “tagliatelles » de la machine à pâtes, en fonction de la sauce choisie et de vos goûts personnels. Nous avons utilisé les rouleaux à tagliatelles pour cette recette et nous nous sommes régalés !

🔸 Une fois vos pâtes découpées, placez-les sur un séchoir à pâtes ou à défaut, un étendoir à linge pendant environ 30 minutes. Il est primordial de ne pas les laisser sécher trop longtemps. Lorsqu’elles sont sèches, faites-les cuire dans de l’eau bouillante salée pendant environ 3 minutes si vous êtes prêt à manger, ou conservez-les au réfrigérateur ou au congélateur dans un contenant en plastique pour les consommer plus tard.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Recettes on May 26th, 2020 by linnearask


Quel est le problème de ma poule ?

Si vous élevez des poules, vous savez comment se comporte une poule heureuse et en bonne santé. Si vous remarquez un changement, c’est le signe que les conditions de vie dans le poulailler ne sont pas optimales.

Les problèmes les plus courants ne sont pas dus à des maladies ou des parasites mais bien au stress. Si le poulailler est surpeuplé, sale ou trop chaud, ou si les oiseaux se sentent persécutés, ils deviendront stressés. Les symptômes liés au stress sont notamment la consommation d’œufs, l’agressivité envers les congénères, les déjections inconsistantes, la léthargie et l’interruption soudaine de la ponte.

Si vous vous penchez sur la question, la cause du stress devrait être assez évidente. Trop de poules dans un poulailler ? Aucun abri contre la lumière directe du soleil ? Trop peu de place pour faire de l’exercice ? Rien d’autre que de la boue humide ? Ces problèmes peuvent être résolus en réaménageant l’environnement de vos poules, en agrandissant l’enclos et en installant un poulailler plus grand. Vérifiez également leur régime alimentaire : reçoivent-elles une alimentation de qualité, riche et complétée de légumes verts ? Une alimentation inadaptée peut entraîner d’autres problèmes de santé car elle affaiblit le système immunitaire des poules.

Bronchite infectieuse : la maladie la plus courante chez les poules

De nombreuses maladies peuvent affecter les poules mais, fort heureusement, la plupart d’entre elles sont peu fréquentes. Des données montrent que la bronchite infectieuse est la maladie la plus fréquente dans les petits élevages de poules.

Cette maladie provoque chez la poule une toux rauque et sifflante, accompagnée d’éternuements ou de ronflements. Le premier symptôme est généralement une perte d’intérêt pour la nourriture. Lorsque la maladie s’installe, la poule présente un “nez qui coule », avec un écoulement provenant des narines et des yeux.

La bronchite est causée par un virus en suspension dans l’air et le meilleur remède reste la vaccination de l’ensemble du groupe. Tout oiseau infecté doit être isolé et gardé dans un endroit sec et chaud, avec un apport supplémentaire de verdure dans son alimentation. Certaines poules en mourront mais la plupart s’en sortiront.

Guide Omlet sur la santé des poules pour plus d’informations.

Bumblefoot ou pododermatite : la blessure la plus courante chez les poules

Une blessure à la patte ou au pied qui s’infecte peut entraîner une pododermatite, aussi appelée Bumblefoot. La blessure ne sera pas toujours apparente mais le signe caractéristique est un boitement ou une tendance à se tenir longtemps sur une patte pendant que les autres poules grattent et picorent pour trouver de la nourriture.

Après quelques jours, le membre va commencer à enfler et il faut alors agir rapidement. Il est préférable d’emmener l’oiseau chez un vétérinaire car la plaie devra être minutieusement nettoyée et une intervention chirurgicale mineure peut être nécessaire si le cas est sérieux. Les poules non soignées peuvent en mourir.

Cependant, tous les boitements ne sont pas le résultat d’une pododermatite. Les poules atterrissent parfois maladroitement après avoir « volé ». Les fractures d’orteils et de pattes sont également assez fréquentes et nécessitent une attelle. Mais s’il n’y a pas de plaie apparente, il est peu probable qu’une pododermatite s’installe.

En résumé, le boitement est le signe révélateur d’une blessure mais pas nécessairement d’une infection.

Les acariens chez la poule

Les parasites de la poule sont courants mais ne représentent généralement pas un danger mortel. Les plus courants sont les acariens, dont il existe plusieurs espèces.

Les poux rouges – Ces méchantes petites bêtes se cachent dans le poulailler, dans les recoins, sous les perchoirs et bien d’autres endroits. Des poudres et autres liquides anti-poux peuvent être pulvérisés dans le poulailler mais seule une propreté irréprochable permettra de repousser ces petits suceurs de sang rouges.

Les poux du nord – Ces derniers sont un peu plus gros que les poux rouges et, contrairement à leurs cousins rouges qui se contentent d’une petite morsure avant de partir, les poux du nord vivent sur les oiseaux. Des traitements sont disponibles et doivent être appliqués à l’oiseau lui-même.

La gale des pattes – Cette maladie rend les pattes de la poule rugueuses, douloureuses et suintantes. Les traitements antibactériens contre les squames sont la seule façon de s’attaquer au problème bien qu’un peu de vaseline puisse atténuer la gêne.

La gale déplumante – Cette espèce d’acariens pénètre dans les tiges des plumes, provoquant un gonflement puis un écoulement dont les parasites se nourrissent. Les poules se mettent alors à s’arracher les plumes pour soulager leur gêne. Comme les acariens se propagent rapidement, la totalité du groupe et le poulailler devront être traités.

Une action rapide est le meilleur moyen de lutter contre ces maladies. Chaque matin, effectuez un rapide examen de santé visuel. L’un des signes suivants doit être considéré comme la manifestation d’un problème :

  • des plumes sales ou en mauvais état
  • une position repliée
  • un comportement léthargique
  • la présence de parasites
  • des excréments différents de l’ordinaire
  • des éternuements, une respiration sifflante ou une toux
  • un manque d’appétit
  • l’absence d’oeufs

En cas d’inquiétude, vous pouvez consulter le guide Omlet sur la santé des poules et demander conseil à votre vétérinaire.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Poules on May 18th, 2020 by linnearask


Quatre tours faciles à apprendre à votre perruche

Avec une perruche, le point de départ de chaque tour est la confiance; quant à la clé du succès, ce sont les friandises ! Une fois qu’une perruche a été apprivoisée et qu’elle est heureuse de se percher sur votre doigt à l’extérieur de la cage, vous pouvez aller plus loin et lui présenter des défis amusants. Assurez-vous d’avoir à portée de main un brin de millet ou la friandise végétale préférée de votre oiseau !

Serpents et échelles

Pour cette activité, vous avez besoin d’une petite plate-forme surélevée avec une échelle d’un côté et un toboggan de l’autre.

La partie « échelle » de ce tour est simple : placez la perruche au pied de l’échelle et présentez la friandise au sommet. Lorsque l’oiseau monte, utilisez une commande telle que « Monte l’échelle » ! Au bout d’un moment, vous pourrez éloigner la perruche du pied de l’échelle.

Pour la partie « serpent » du tour, la perruche va glisser sur le toboggan et, de nouveau, la clé en sera le millet ou une autre friandise. Placez la récompense au pied du toboggan et soyez patient. La perruche étant un oiseau très intelligent, il est fort probable qu’elle volera vers la friandise sans utiliser le toboggan. Si cela se produit, cachez la friandise et recommencez.

La perruche se rendra bientôt compte que la glissade est la clé de la friandise. Une fois que l’oiseau est sur le toboggan, dites “Descends le serpent !” Vous pouvez alors rallonger l’échelle et le « serpent » si vous le souhaitez.

Le football des perruches

Si vous mettez une balle de ping-pong dans la cage de votre perruche, l’oiseau ne tardera pas à jouer avec, dribblant la balle avec son bec. À l’extérieur de la cage, cela peut se transformer en un match de football opposant l’homme à la perruche. Faites rouler doucement la balle vers la perruche et l’oiseau la  » récupérera  » instinctivement. Ajoutez une cage de but et votre perruche se transforme en gardien de but.

Installez une deuxième cage de but à un mètre en face de la perruche et découvrez si cette dernière parvient à marquer un but en poussant la balle avec son bec. Une fois que la balle est entre les poteaux du but, annoncez-lui un « but » et offrez-lui une friandise. L’oiseau apprendra bientôt à aiguiser ses talents de dribbleur pour pouvoir gagner ses friandises !

La grande évasion

L’objectif de ce tour est que votre perruche franchisse un court tunnel. Toutefois, elle ne va pas creuser un tunnel pour retrouver sa liberté mais juste pour se régaler !

Pour commencer, utilisez un morceau de carton percé d’un grand trou ou un grand anneau en plastique. Appelez la perruche en offrant une friandise de l’autre côté du trou. Lorsque l’oiseau saute à travers, prononcez les mots de commande que vous avez choisis, par exemple “Dans le tunnel » ! Une fois que le tour est bien exécuté, remplacez le trou par de petites portions de tuyau en plastique ou en carton, dont les diamètres deviennent de plus en plus petits au fur et à mesure. À la fin de l’entraînement, vous pourrez demander à votre perruche de faire sa grande évasion en traversant un tube équivalent au diamètre et à la longueur d’un rouleau d’essuie-tout.

Rapporter

Ce dernier tour nécessite un peu de temps pour aboutir, mais une fois de plus, l’intelligence de la perruche l’emportera. Le but est d’apprendre à votre oiseau à prendre un objet, à vous l’apporter et à le laisser tomber dans votre main.

Pour commencer, demandez à la perruche de se percher sur votre main et offrez-lui un objet brillant tel qu’un bouton ou un trombone. Lorsque la perruche la prend dans son bec, dites « Rapporte » ! Lorsqu’elle laisse tomber l’objet, dites « Lâche ! » et s’il atterrit dans votre main, offrez une friandise à votre oiseau.

Une fois que cette étape est maîtrisée, placez l’objet loin de votre main et dites « Rapporte » lorsque la perruche le ramasse. Rapprochez votre main, prêt à attraper l’objet lorsqu’il tombe. Progressivement, cette activité se transformera en une routine durant laquelle la perruche ramassera un objet, reviendra en courant vers vous et le placera dans votre main pour recevoir une friandise.

Le point commun de tous ces tours est le plaisir que la perruche va prendre à les réaliser. Si elle ne veut pas participer, elle ne le fera pas; c’est aussi simple que cela. Ainsi, il n’y a pas de pression, pas de contrainte. Il s’agit simplement de s’amuser du début à la fin, aussi bien pour la perruche que pour son propriétaire. La confiance et les friandises sont la clé !

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Perruches on May 18th, 2020 by linnearask


Bénéficiez de 20% de réduction sur nos Couvertures de Luxe Ultra Douces – offre limitée dans le temps

Chouchoutez votre animal de compagnie avec une nouvelle couverture ultra douce. Elle est parfaite pour s’y blottir le soir et protéger vos meubles des poils d’animaux et des pattes sales. Bénéficiez d’une réduction de 20% avec le code promotionnel COSY !

Dépêchez-vous : l’offre se termine le mardi 19 mai !

Conditions générales
L’offre est valable du 14/05/20 au 19/05/20 à minuit, jusqu’à épuisement des stocks. Utilisez le code promotionnel COSY pour obtenir une réduction de 20 % sur les Couvertures de Luxe Ultra Douces. Cette offre inclut les Couvertures de Luxe Ultra Douces pour chiens et chats. Sont exclus les lits Bolster. Sous réserve de disponibilité. Omlet ltd. se réserve le droit de retirer l’offre à tout moment. L’offre ne peut être utilisée sur la livraison, les remises existantes ou en conjonction avec une autre offre.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Offres et promotions on May 14th, 2020 by linnearask


6 races de chiens dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler

L’Azawakh

L’Azawakh est originaire de la région du Sahel, au sud du Sahara, où il est encore utilisé par les peuples nomades pour protéger les troupeaux de moutons et de chèvres contre les prédateurs et les ennemis. Par le passé, il a également été utilisé pour chasser la gazelle et le lièvre sur les terres arides du désert.

L’Azawakh est un chien de chasse très élancé et très grand, avec de longues pattes, dont les muscles et les os sont bien visibles à travers sa peau fine.

C’est un chien de famille loyal qui établit une relation solide avec ses maîtres et qui doit être habitué très tôt à rester seul pour minimiser le risque d’anxiété en lien avec la séparation. La race a besoin de courir librement, alors assurez-vous qu’elle peut le faire en toute sécurité. Chez les Azawakhs, l’instinct de chasse peut être puissant mais ils sont intelligents et relativement faciles à dresser. Par conséquent, il est possible de les faire sortir sans laisse lors des promenades.

Le Chien Léopard Catahoula

La race des Chiens Léopards Catahoula, originaire de la Louisiane, a tout d’abord été utilisée pour chasser le gros gibier, bientôt remplacé par les porcs sauvages. Le Chien Léopard Catahoula est toujours employé comme chien de travail à plusieurs titres, notamment pour la conduite des troupeaux, car il est connu pour son agilité, son intelligence et sa force.

C’est un chien de taille moyenne, au poil court, qui est généralement caractérisé par une grande variété de pelages et de couleurs d’yeux. Les Chiens Léopards Catahoula peuvent faire d’excellents animaux de compagnie à condition qu’ils soient suffisamment stimulés. Il est également important de les dresser et de les socialiser tôt, au risque de les voir devenir territoriaux et trop protecteurs.

Le Berger du Caucase

Comme son nom le laisse supposer, cette race de chiens géants est originaire du Caucase, une région située entre la mer Noire et la mer Caspienne, où elle a été utilisée pour la première fois pour la garde de troupeaux.

C’est un chien extrêmement indépendant, courageux et intelligent qui peut devenir très territorial et protecteur. Il a donc besoin d’un propriétaire expérimenté qui peut lui garantir une attitude cohérente et une socialisation appropriée tout au long de sa vie. Cela permettra de neutraliser un éventuel comportement agressif, principalement envers d’autres chiens.

Les Bergers du Caucase ont besoin d’une grande stimulation mentale et physique. Quand il ne travaille pas, le chien aime passer sa journée à dormir. Il est donc important de prévenir le risque élevé d’obésité en faisant de nombreuses promenades et en pratiquant des jeux amusants.

Le Schipperke

Schipperke signifie « petit chien de troupeau » en flamand; c’est en Flandres que cette race de chiens a été vue pour la première fois. Les Schipperkes sont également connus pour être des chiens de garde et des ratiers sur les péniches néerlandaises et belges. Aujourd’hui, le Schipperke est principalement considéré comme un animal de compagnie mais il reste un excellent chien de garde car vous aurez du mal à trouver un compagnon plus fidèle.

Comme le Schipperke a été reproduit pour travailler, la race devra rester stimulée et active pour éviter tout comportement destructeur; cela sera chose aisée car ils seront satisfaits de la plupart des activités tant qu’ils seront avec leur propriétaire !

Le Berger Picard

Le Berger Picard est facilement reconnaissable grâce à ses grandes oreilles pointues, son pelage bringé ondulé et sa queue recourbée. La race tire son nom de sa région d’origine, la Picardie, et constitue l’une des plus anciennes races de bergers françaises.

C’est un chien extrêmement actif qui sera un compagnon idéal pour des propriétaires qui aiment les longues promenades et les randonnées, le sport et la stimulation mentale sous forme d’entraînement à l’obéissance. Si vous ne pouvez offrir à votre chien qu’une petite promenade quotidienne autour du pâté de maisons, le Berger Picard n’est pas pour vous !

La race a été reconnue en 1925 mais avait presque disparu après les guerres mondiales. Des passionnés ont reconstitué un effectif de reproducteurs mais la race demeure encore rare.

Le Pumi

Le Pumi est le résultat d’un croisement sélectif entre l’autre célèbre chien de berger hongrois, le Puli, et des chiens de troupeau et terriers français et allemands. Le résultat est une race de chiens au tempérament vif, intelligent et actif.

Les Pumis aiment travailler mais aussi se détendre en famille. C’est un chien généralement heureux qui fera un excellent animal de compagnie pour une famille active, capable de maintenir le chien occupé pendant la journée, de le doucher avec amour et de le câliner sur le canapé le soir.

Son pelage bouclé, normalement gris ou noir, demande un peu d’entretien mais ne se dégarnit pas.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Chiens on May 11th, 2020 by linnearask


Vous envisagez de réunir vos poules et lapins dans un même enclos? Voici ce que vous devez prendre en considération !

Les lapins et les poules sont parmi les animaux de compagnie préférés des Français et s’ils se distinguent par de nombreux aspects, ils présentent également de nombreuses similitudes. Si vous êtes attentif et que vous parvenez à répondre à leurs différents besoins, ils peuvent tout à fait vivre ensemble en harmonie.

Les poules comme les lapins sont des animaux très sociables qui aiment être entourés, peu importe que leurs compagnons soient d’une autre espèce. Ils ont également des besoins similaires en termes d’espace, de température et d’attention. En outre, le fait que les deux espèces vivent ensemble vous permettra d’économiser de l’espace car vous n’aurez pas à créer deux espaces de vie et pourrez leur offrir un plus vaste périmètre.

Cependant, si vous envisagez d’élever des lapins et des poules dans le même enclos, il y a des aspects à prendre en considération. Le simple fait de les rassembler dans un enclos et d’espérer que tout se passe bien ne se terminera probablement pas de la meilleure façon. Les poules peuvent être porteuses de maladies latentes et sans symptômes et contaminer les lapins. De plus, elles sont aussi naturellement effrayées par les mouvements rapides (même ceux des animaux); le fait d’avoir des lapins agiles qui courent autour d’elles pourrait générer beaucoup de stress si elles n’y ont pas été habituées.

Il n’est donc pas toujours facile de faire cohabiter les deux espèces mais c’est tout de même possible. Voici quelques pistes de réflexion :

  • Vous avez plus de chances de réussir si les animaux se côtoient dès leur plus jeune âge, afin qu’ils soient élevés ensemble et ne connaissent pas vraiment une vie sans l’autre espèce. Commencez par les placer de chaque côté d’une clôture ou d’un enclos afin qu’ils puissent s’habituer à la compagnie de l’autre (les panneaux de séparation Omlet pour le Grand Enclos pour Animaux feront parfaitement l’affaire ici). Ensuite, l’étape suivante consiste à les regrouper dans un très grand enclos afin que personne ne se sente menacé par l’autre espèce. Diminuez progressivement la taille de l’enclos jusqu’à ce que vos animaux évoluent dans l’enclos où vous prévoyez de les élever.
  • Les poules risquent de picorer les lapins pendant qu’elles s’habituent à leurs mouvements rapides. Cela ne fait pas de mal à un lapin adulte et ce comportement disparaîtra au bout de quelques jours. Toutefois, ne regroupez jamais un jeune lapin et un groupe de poules adultes car il serait beaucoup trop vulnérable.
  • Donnez à chaque espèce un endroit où se réfugier. Les poules et les lapins sont des animaux à la fois nerveux et vulnérables qui apprécieront d’avoir leur propre espace où se retirer lorsque la situation deviendra un peu trop tendue.
  • Certains besoins sont également différents. Les poules ont besoin de perchoirs sur lesquels se jucher la nuit et les lapins ont besoin de beaucoup de foin dans leur clapier pour se blottir et se nourrir. Conservez ce foin loin des poules pour éviter toute contamination. Vous devrez également nourrir les animaux séparément ; les poules chercheront notamment à manger la nourriture des lapins, ce qui les rendrait malades.
  • Les lapins sont connus pour être des animaux extrêmement propres, une caractéristique dont on entend rarement parler chez les poules. Pour conserver des lapins heureux, vous devrez donc nettoyer l’enclos et le clapier et/ou le poulailler plus souvent que si vous n’aviez que des poules. Les lapins ne seront pas du tout impressionnés par des déjections de poules dans leur maison !
  • Assurez-vous qu’il y a suffisamment de place pour tous. Le fait de rassembler deux espèces au même endroit peut se révéler judicieux dans l’ensemble, mais assurez-vous tout de même que l’enclos est suffisamment grand et équipé de jouets et de refuges pour divertir et calmer vos animaux. Le Distributeur de nourriture Caddi est un jouet ludique parfait pour les lapins et les poules, et les Abris Zippi seront des refuges parfaits pour lapins fatigués et d’excellentes tours de guet pour poules curieuses.
  • Si vous prévoyez de faire cohabiter lapins et poules, nous vous conseillons vivement de faire stériliser les lapins mâles. Même s’ils ne côtoient pas de lapines, les lapins non stérilisés sont connus pour monter tout ce qui se trouve de leur chemin, y compris leurs amis à plumes.
  • Il n’est pas recommandé d’élever un unique lapin dans un groupe de poules, ou vice versa. Même s’il fait partie d’un groupe, il serait en proie à la solitude et au stress s’il n’est pas entouré d’au moins un membre de son espèce.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Lapins on May 6th, 2020 by linnearask


Apprenez à interpréter le langage corporel de votre chat

Les ancêtres les plus proches de nos chats domestiques appartenaient à une espèce de chats sauvages solitaires qui n’avaient pas besoin, et dans la plupart des cas ne souhaitaient pas, attirer l’attention sur leurs émotions. Montrer une faiblesse risquait de vous faire paraître comme une proie facile aux yeux des prédateurs et autres rivaux. Ce comportement est encore observé chez les chats modernes ; dans la plupart des cas, ils tenteront de vous cacher ce qu’ils ressentent.

Cela étant dit, ils savent évidemment communiquer. Avec d’autres félins et avec nous. Ils utilisent des odeurs et des vocalisations mais aussi beaucoup de signaux visuels exprimés par leur langage corporel.

Lorsque vous essayez d’analyser et de comprendre le langage corporel de votre chat, il est important de prendre en compte la situation dans son ensemble plutôt que de ne considérer qu’un seul élément. Observez l’environnement et essayez de repérer les facteurs qui pourraient avoir un impact sur votre chat. Y a-t-il un élément qui pourrait stresser, mettre en colère ou inquiéter votre chat ? Cela pourrait vous permettre de mieux comprendre ces signaux, qui ne sont pas toujours très clairs.

Il y a cinq paramètres à prendre en compte lorsque vous essayez de lire le langage corporel de votre chat: les yeux, les oreilles, la tête, le corps et la queue !

LES YEUX

  • Les battements des paupières sont lents – Des paupières qui battent lentement, ou qui sont à moitié fermées, indiquent que votre chat est vraiment détendu et rassuré par son environnement. Vous pouvez essayer de battre des paupières au même rythme pour imiter le comportement de votre chat. C’est un excellent exercice pour consolider votre relation.
  • Les pupilles dilatées – Si la pièce dans laquelle vous vous trouvez n’est pas extrêmement sombre, les pupilles dilatées indiquent que votre chat se sent surpris ou effrayé et anxieux. En général, le chat ne cligne pas des yeux et ces derniers restent grand ouverts.
  • Les pupilles étroites – En revanche, si les pupilles sont très étroites, votre chat est probablement nerveux, voire à la limite de l’agressivité.
  • Le regard fixe – Si votre animal a les yeux rivés sur quelque chose ou quelqu’un, il est probable qu’il s’agisse d’un défi. Si c’est vous que le chat fixe du regard, mieux vaut ne pas s’en approcher !

LES OREILLES

  • Pointant légèrement vers le haut et vers l’avant – Un chat heureux et détendu gardera ses oreilles droites et dirigées vers l’avant. C’est la position par défaut des oreilles qui s’orienteront en fonction des sons dans la pièce.
  • Dressées en pointe – C’est le signe d’un chat qui est vigilant et prêt à partir. Il a peut-être entendu un bruit sur lequel il veut se renseigner, mais il écoutera encore un peu plus longtemps avant de partir enquêter.
  • Dirigées dans des directions différentes – Si une oreille est orientée vers un côté et une autre vers l’arrière, il est possible que le chat soit nerveux et qu’il essaie d’évaluer la situation pour obtenir le plus d’informations possibles.
  • Dirigées vers l’arrière, plaquées contre la tête – C’est le signe d’un chat énervé, en colère et potentiellement agressif, qui est prêt à bondir. Il est préférable de le laisser seul.

LA TÊTE

  • Un chat décontracté et heureux aura des moustaches souples qui pointent vers l’extérieur. De nombreux chats ont également une expression faciale de relaxation qui évoque un sourire.
  • Un chat inquiet ou effrayé ramènera ses moustaches sur les côtés de sa tête pour prendre le moins de place possible et ne pas apparaître comme une menace. S’il est en état d’alerte, ses moustaches pointeront vers l’avant.
  • Si les moustaches se hérissent ou pointent vers l’avant, c’est un signe que le chat est en colère. Il peut montrer ses dents et feuler ou grogner.

LE CORPS

  • Pour un chat, la position corporelle neutre est détendue et équilibrée, sans aucune tension. S’il est allongé, il sera étiré ou recroquevillé en boule avec ses pattes repliées sous le corps. Bien souvent, cela s’accompagne d’un ronronnement qui indique que le chat est heureux et détendu.
  • Dans la plupart des cas, un chat nerveux ou effrayé s’enfuira pour se cacher loin de ce qui l’effraie, mais si la chose est impossible, il demeurera immobile sur le sol, la tête basse.
  • Un chat en colère essaiera de paraître aussi imposant que possible, avec des poils hérissés, des pattes avant tendues et un dos arqué.
  • Il est à noter qu’un chat couché sur le dos n’a pas forcément envie qu’on lui caresse le ventre. Tout comme les chiens, ils essaient de montrer leur soumission mais préfèrent dans la plupart des cas, ne pas être touchés.

LA QUEUE

  • En l’air – C’est le signe d’un chat heureux qui veut de l’attention et de la compagnie. La queue peut aussi être relâchée, mais ne bouge normalement pas.
  • Droite et dirigée vers le bas – Cela signifie que le chat est effrayé ou contrarié. Un chat effrayé peut aussi replier sa queue sous son corps.
  • Agitée – Une queue qui se balance ne signifie pas la même chose chez les chats que chez les chiens. Si la queue bouge rapidement d’un côté à l’autre, le chat est probablement agacé et aimerait qu’on le laisse tranquille. Si, au contraire, le chat remue lentement la queue, il essaie d’évaluer la situation et de décider ce qu’il doit faire. Le chat peut se sentir un peu inquiet, alors si vous le pouvez, essayez de le rassurer.
  • Hérissée dans le prolongement le corps – Ne vous approchez pas ! C’est un chat en colère qui essaie de paraître aussi effrayant que possible face aux menaces potentielles.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Chats on May 4th, 2020 by linnearask