Omlet Blog France

Category Archives: Uncategorised

Guide d’incubation

Tant que vos poules pondent, vous pouvez faire éclore des œufs toute l’année. Cependant, la saison la plus propice à l’incubation est le printemps.
Faire éclore les œufs de vos poules et élever leurs poussins est l’une des activités les plus gratifiantes et les plus stimulantes qui soit. Quoi de plus excitant que de voir grandir les poussins en sachant qu’ils vont devenir de belles poules élevées dans les meilleures conditions ? Normalement, la période d’incubation dure 21 jours. Le moyen le plus sûr de couver des œufs fertilisés est de le faire artificiellement à l’aide d’un incubateur. Cela vous permet de maximiser les chances d’avoir des poussins en bonne santé. Vous trouverez ici un guide pas à pas pour incuber vos œufs correctement. Bonne lecture !

1. Pensez sur le long terme

Avant de commencer, vous devez savoir ce que vous aller faire avec vos poussins une fois les œufs éclos. Dites-vous que, entre les œufs non-fertilisés et les éventuels incidents qui peuvent survenir durant l’incubation, 25 à 50 % des œufs ne donneront pas de poussin. Parmi ceux qui vont éclore, environ la moitié seront des poules, l’autre moitié des coqs. Si les premières ne posent généralement pas de problème, vous devrez savoir ce que vous aller faire des mâles car les coqs sont moins utiles et peu de gens en ont besoin – difficile donc de les refiler à vos voisins. Pour la majorité des races, les coqs n’aiment pas vivre à plusieurs : ils se battront vigoureusement s’ils ne sont pas complètement séparés les uns des autres.

2. Procurez-vous des œufs

Vous devrez ensuite vous assurer autant que faire se peut que les œufs ont bien été fécondés. Vous pouvez vous les procurer chez un éleveur ou un fermier dont vous ne doutez pas de la qualité du travail. Suivant les races, les œufs peuvent coûter relativement cher. Un éleveur ne pourra jamais vous garantir à 100 % que ses œufs sont fécondés, mais en général, si le prix est élevé, c’est qu’ils auront des chances de l’être. Toutefois, attention aux arnaques, surtout sur Internet !

Les œufs ne doivent ni être difformes ni avoir de défaut visuel quelconque. La moindre fêlure dans la coquille doit vous faire renoncer à l’achat immédiatement. Même le plus petit défaut peut avoir des conséquences comme des difficultés pour le poussin à briser la coquille de l’œuf pour en sortir, des malformations, voire un arrêt du développement de l’embryon.

Une fois que vous avez vos œufs, nettoyez-les avec du désinfectant pour œuf. La coquille est poreuse et laisse passer l’eau et l’oxygène pour l’embryon. S’il y a la moindre toxine ou bactérie à la surface, elle peut l’endommager.

3. Tenez un journal


Il peut être très judicieux de tenir un journal de bord. Cela implique de numéroter les œufs et de garder une trace de leur poids quotidiennement. Un œuf qui se développe va graduellement perdre du poids durant l’incubation, environ 10 à 15 % en tout. Si l’un d’entre eux ne perd pas de poids, cela veut certainement dire que l’embryon ne se développe pas.

4. Procurez-vous un incubateur

Chaleur tournante

Choisissez votre incubateur avec soin. Certains, comme le Brinsea Mini II, ont un mécanisme de chaleur tournante intégré. Le système de rotation automatique des œufs peut être un plus pour limiter les efforts et le temps passé à s’en occuper. Chaque œuf doit être retourné toutes les 90 minutes pour que l’embryon soit toujours bien positionné dans la coquille. Une poule pondeuse les retourne toute seule en se déplaçant dans le nid, et la rotation automatique permet de bien reproduire les conditions réelles de la couvaison. Sans cette option, vous devrez retourner les œufs manuellement dans l’incubateur. Notez que le fait de marquer les œufs vous permet d’être certain que vous n’en oubliez pas un ou deux.

Contrôle de la température

Un bon incubateur maintiendra tout seul une température stable. La température idéale pour couver des œufs est 37,5°C et les bons incubateurs sont équipés d’une alarme qui sonnera si la température s’éloigne trop de cette valeur. La température ambiante de la pièce dans laquelle il se trouve est une donnée cruciale car elle impacte grandement celle à l’intérieur de l’incubateur. Vous devrez l’ouvrir tous les jours pour contrôler vos œufs, qui ne doivent pas subir un choc thermique trop important à ce moment-là – cela pourrait tuer le fœtus. Il est recommandé d’utiliser une pièce d’une température d’environ 25°C et surtout sans courant d’air.

Contrôle de l’humidité

Un incubateur de bonne qualité fera en sorte de maintenir un taux d’humidité convenable. Ce taux doit être situé autour de 40-50 % mais doit augmenter à partir du 19e jour pour ramollir la coquille et faciliter l’éclosion. Certains incubateurs, comme le Brinsea Mini II, sont équipés de deux réservoirs d’eau : un à remplir tous les jours et l’autre à partir du 19e jour. Sur ce modèle, ils sont situés à l’extérieur de l’incubateur, ce qui vous permet de ne pas l’ouvrir trop souvent. La condensation qui se forme dans l’incubateur au bout de quelques jours est parfaitement normale.

5. Les soins réguliers

Refroidissement

Le septième jour est un palier important : vous devrez désormais refroidir les œufs 30min par jour, de préférence à heure fixe. Certains incubateurs sont équipés d’un ventilateur que vous pouvez programmer à votre guise. Si le vôtre n’en a pas, vous devrez les refroidir manuellement en les sortant de l’incubateur. La différence de température ne doit pas être trop importante, 2 à 5°C d’écart suffiront.

Un œuf dont l’embryon se développe conserve sa température même s’il est exposé à l’air libre. C’est comme ça qu’une poule sait si un œuf qu’elle couve est en développement ou non : lorsqu’elle quitte le nid pour aller boire ou manger, un œuf mort se refroidit presque instantanément et aura perdu sa chaleur à son retour. Elle profite ensuite de sa découverte pour s’en débarrasser.

Mirage

Le mirage consiste à inspecter l’intérieur de l’œuf avec une lampe adaptée. Vous devez commencer à le faire au plus tard au 7e jour. Si un œuf n’a pas montré de signe de développement au 7e jour, il n’incubera pas. Vous devez retirer ces œufs de l’incubateur car en cas contraire ils finiront par se décomposer. À partir du 7e jour, vous devez continuer à les inspecter régulièrement. Inutile de le faire tous les jours, car vous ne verrez pas vraiment d’évolution d’un jour à l’autre, mais vous pouvez les regarder tous les trois ou quatre jours. Le mirage et la pesée des œufs sont deux bons indicateur pour voir si vos œufs se développent ou non.

Entre le 7e et le 19e jour, vous devez garder votre routine : refroidissement, pesée et mirage occasionnel.

6. Éclosion

Le deuxième palier important est celui du 19e jour. Vous devez arrêter de retourner les œufs et de les refroidir. Mettez un tapis antidérapant pour éviter que les poussins ne glissent en faisant leurs premiers pas à l’extérieur. Vous devrez également augmenter l’humidité pour atteindre environ 65 %. Avec l’incubateur Brinsea, vous n’avez qu’à remplir le second réservoir d’eau.

À partir d’un moment, les œufs vont se mettre à bouger légèrement : le poussin se replace dans le bon sens pour pouvoir sortir. Vous serez tenté de contrôler les œufs toutes les deux minutes, mais mieux vaut les laisser tranquilles et y jeter un œil de temps en temps (toutes les six heures environ).

Vers le 20e jour, les poussins devraient faire un petit trou dans l’œuf. N’essayez pas de les aider en agrandissant le trou ou en brisant la coquille : ils le feront d’eux-mêmes au moment opportun. Ils vont aussi profiter de ce temps pour finir de consumer tous les nutriments qui restent dans la coquille, il est donc très important de ne pas les faire sortir trop tôt.

La plupart des races de poules ont une incubation de 21 jours, une poignée seulement voit cette durée passer à 20 ou 22 jours. N’aidez pas les poussins à sortir de l’œuf, ils y arriveront sans votre aide – c’est leur première épreuve de force. N’intervenez que si l’un d’entre eux a vraiment du retard par rapport à ses congénères ou si la coquille est vraiment très épaisse et que le poussin a beaucoup de mal à sortir même après un certain temps.

Une fois que les poussins sont tous sortis, laissez-les dans l’incubateur pendant 24h. Ils seront bien repus grâce aux restes de nutriments qu’ils ont trouvés dans leur œuf. En plus, l’incubateur leur permet de profiter d’une température et d’une humidité optimales.

Vous pouvez regarder notre vidéo sur l’incubation pour voir à quel point ça vaut le coup de faire éclore des œufs !


Aujourd’hui, économisez 70,99€ en achetant un poulailler Eglu Go violet et un kit de débutant Brinsea Mini II. Vous aurez tout ce dont vous aurez besoin pour mener à bien votre incubation : une lampe à mirer, une couveuse à poussins, un poulailler Eglu Go (dans lequel vos poules pourront vivre dès l’âge de 9 semaines) et l’incubateur lui-même.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Compétition de Pâques

Pour fêter ce long week-end de Pâques, Omlet vous offre une chance de gagner un bon d’achat de 200€ pour gâter vos animaux de compagnie ! Tout ce que vous avez à faire, c’est de compter le nombre de lapins sur l’image ci-dessous… Rendez-vous sur la page du concours pour participer !

5 vainqueurs seront choisis par l’équipe d’Omlet. Participez dès maintenant pour avoir une chance de faire plaisir à vos animaux !

 

Conditions générales :

Ce concours se termine le 22 avril à minuit. Pour participer, vous devez compléter le formulaire sur la page du concours. Il y a 5 bons d’achats d’une valeur de 200€ chacun à gagner. Les gagnants seront tirés au sort parmi tous les participants qui ont donné la bonne réponse à la question et seront notifiés dans les sept jours suivant la clôture du concours. Ils seront avertis par un email envoyé à l’adresse qu’ils auront fournie en participant au concours. Si nous n’avons pas de réponse de la part d’un ou d’une gagnant(e) dans les sept jours suivant la notification, un nouveau ou une nouvelle gagnant(e) sera tiré au sort et pourra profiter du bon d’achat non-réclamé.

Les bons à gagner ne peuvent pas être convertis en argent comptant. Ce concours n’est pas ouvert aux employés d’Omlet ni aux membres de leur famille proche. De même, les partenaires d’Omlet ayant joué un rôle dans la promotion de ce concours ne peuvent pas y participer. Omlet peut annuler ce concours ou en modifier les conditions générales sans préavis. Toute modification sera mentionnée soit dans ces conditions générales soit dans les informations du concours. Omlet ne peut être tenu responsable ni de la perte ou de l’effacement d’une candidature ni de sa non-réception, et ce quelle qu’en soit la raison. Un(e) gagnant(e) pourra perdre son prix si il ou elle fait preuve d’un comportement jugé inapproprié par Omlet. Une seule participation par foyer. Les informations qui nous sont fournies via ce concours seront uniquement utilisées en accord avec notre politique de respect des données et de la vie privée des utilisateurs. Les gagnants acceptent de participer à de l’éventuelle publicité post-concours sur demande d’Omlet tant que celle-ci reste raisonnable.

En vous inscrivant à la newsletter d’Omlet, vous serez toujours les premiers avertis de nos offre promotionnelles, nos concours, nos nouveaux produits, nos recette, nos conseils sur les animaux de compagnie et bien plus encore ! Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien mentionné à la fin de nos emails.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Comment offrir plus d’espace à votre lapin avec Zippi

Les lapins sont des coureurs-nés. Ils adorent gambader dans tous les sens et bondir de partout. À l’état sauvage, ils courent jusqu’à 5km par jour ! Vous devez donc faire en sorte que les vôtres puissent faire leur exercice quotidien, ce qui leur permettra de garder la forme et d’être épanouis.


Les lapins qui passent la plus grande partie de leurs journées dans leur clapier s’ennuient rapidement et ont également tendance à prendre du poids, voire à devenir carrément obèses. Un lapin en surpoids aura du mal à se déplacer comme il le souhaite et aura davantage de chances de souffrir de maladies cardio-vasculaires et d’avoir des problèmes d’articulation. S’il s’ennuie, il aura tendance à faire sa toilette de manière obsessionnelle et peut avoir des problèmes dus aux boules de poils.


Peut-être ne pourrez-vous pas sortir vos lapins tous les jours pour les faire courir sur 5km. Vous devez cependant les laisser dehors au moins 3h par jour pour qu’ils puissent se dégourdir les pattes, explorer les environs et socialiser avec vous ou avec d’autres animaux. Plus ils ont d’espace, mieux c’est. À moins d’avoir un jardin parfaitement sécurisé et de surveiller vos lapins (et vos autres animaux) en permanence, il est généralement déconseillé de les laisser vadrouiller en liberté. Ce sont des rois de l’évasion : ils trouveront toujours un moyen de s’échapper, même si vous pensiez que votre jardin était une véritable forteresse ! En plus, ils risquent de croiser le chemin de prédateurs ou d’ingurgiter quelque chose de toxique.

Un bon moyen d’être sûr qu’ils font suffisamment d’exercice est d’avoir un clapier relié à un enclos pour qu’ils puissent rentrer et sortir à leur guise. Le clapier Eglu Go vous le permet ! Bien que vous puissiez directement agrandir l’enclos, il existe maintenant un nouveau moyen d’agrandir l’aire de jeux de vos lapins.

Les enclos et parcs Zippi d’Omlet sont des aires de jeu spécialement conçues pour les lapins et les cochons d’Inde. Ils vous permettent à vous et à vos enfants de passer du temps avec vos animaux tout en permettant à ces derniers de découvrir une nouvelle zone d’herbe de votre jardin. Le toit et le sol grillagés font que vos lapins sont en sécurité, ce qui vous permet de les laisser sans surveillance. La jupe de protection empêche toute intrusion de prédateurs. Ces enclos peuvent être déplacés très facilement une fois que vos lapins ont tondu l’herbe qui se trouve sous leurs pattes. Vous n’aurez plus à passer la tondeuse tous les week-ends !

 

La plupart des propriétaires de lapins ne sont pas rassurés quand ils transportent leurs lapins du clapier à l’enclos. D’un côté, il faut bien qu’ils fassent de l’exercice, mais de l’autre, on sait qu’il va falloir leur courir après pendant une demi-heure quand il va falloir les ramener dans le clapier. Le tunnel pour lapins Zippi permet de résoudre ce problème. Si vous décidez de leur offrir plus d’espace avec un nouvel enclos, vous pouvez facilement le relier au clapier et créer un réseau de tunnels qui fera le bonheur de vos lapins. Cela vous permet de leur faire une garenne comme ils en font à l’état sauvage. Les lapins pourront circuler librement et seront contents de pouvoir rentrer tous seuls quand la nuit tombe. Vous pouvez ensuite fermer la porte d’accès au tunnel pour qu’ils ne rejoignent pas le parc de nuit.

Pensez à mettre leurs jouets favoris dans l’enclos. Peut-être voudriez-vous leur procurer plus de cachettes ? Leur creuser un trou ? Leur trouver des jouets à ronger pour être sûr qu’ils ne s’ennuient pas ?

Découvrez les différentes versions de nos enclos et parcs Zippi sur notre site Internet où vous pourrez trouver le meilleur pour vous et pour vos animaux !

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Le Carrot Cake

INGRÉDIENTS

Carrot Cake :

  • 175g de vergeoise
  • 175g de sucre semoule
  • 150g de beurre ramolli (doux)
  • 100g de yaourt nature
  • 1 1/2 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 1 1/2 cuillère à café de mélange 4 épices
  • 1 cuillère à café de vanille
  • 1/2 cuillère à café de sel
  • 3 œufs de taille moyenne
  • 300g de carottes râpées
  • 3cm de gingembre frais
  • 180g de farine auto-levante (ou 180g de farine classique et 1/2 sachet de levure) tamisée
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de soude alimentaire

Pour le glaçage :

  • 50g de sucre glace
  • 200g de cream cheese
  • 1 citron vert
  • 100g de cerneaux de noix

RECETTE

1) Préchauffez le four à 170°C. Chemisez, à l’aide de papier sulfurisé, deux moules ronds à charnière de 20cm de diamètre. Graissez légèrement à l’aide d’un spray. Dans un saladier, fouettez le beurre (à température ambiante), le yaourt, le sucre semoule, la vergeoise, la vanille, la cannelle, le mélange 4 épices et le sel. Ajoutez les œufs un par un. Versez ensuite les carottes râpées et le gingembre. Pour finir, incorporez la farine tamisée et le bicarbonate de soude à l’aide d’une spatule.

2) Versez le mélange dans les moules à charnière et laissez cuire 55 minutes au four ou jusqu’à ce que la pointe d’un couteau ressorte propre. S’il y a de la pâte sur le couteau, remettez les moules au four pendant 5 minutes avant de vérifier à nouveau. Laissez ensuite les gâteaux refroidir dans leur moule pendant 2 heures.

3) Pour réaliser le glaçage, fouettez le cream cheese, le sucre glace et le jus et les zestes d’un citron vert dans un saladier. Démoulez les gâteaux et superposez-les en insérant une couche de glaçage entre les deux. Étalez enfin le reste du glaçage sur le gâteau et parsemez de cerneaux de noix.

Ce carrot cake fait-maison peut se conserver environ une semaine au réfrigirateur dans un récipient approprié.
À déguster à température ambiante.

 

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Promotion Zippi

Offrez un habitat de première classe à vos lapins et à vos cochons d’Inde avec les parcs, enclos et tunnels Zippi – profitez de notre offre à durée limitée de 10 % de réduction et des frais de livraison offerts !

Cette offre est valable sur TOUS les tunnels Zippi, enclos Zippi, parcs Zippi et les accessoires, ce qui vous permet de créer l’habitat de vos rêves pour vos animaux en économisant 10 % et les frais de port. Un excellent moyen de préparer l’arrivée des beaux jours !

Utilisez le code promo ZIPPISAVE pour profiter des frais de livraison gratuits !

 

Reliez le clapier de vos lapins ou de vos cochons d’Inde à un enclos grâce au tunnel Zippi, l’accessoire idéal pour offrir plus d’espace à vos animaux pour qu’ils puissent faire de l’exercice tout en restant à l’abri des prédateurs.

L’assistant de configuration de notre site internet vous permet de concevoir le réseau de tunnels de vos rêves. De nombreux accessoires permettent de répondre à tous vos besoins : une trappe verrouillable, une réserve à foin, un poste d’observation… Vous pouvez également opter pour un kit de démarrage très complet.

Notre nouvelle gamme de parcs et enclos Zippi sont compatibles avec le tunnel Zippi et permettent d’avoir un espace déplaçable pour que vos lapins et cochons d’Inde puissent se dépenser et rester en bonne santé.

Le parc Zippi est un espace de jeu à ciel ouvert pour que vos enfants puissent facilement y accéder, encourageant l’interaction entre eux et les animaux. L’enclos Zippi est un espace sécurisé où vos lapins et cochons d’Inde pourront faire de l’exercice sans être supervisés ; il est recouvert d’un grillage de protection et peut être équipé soit d’un sol grillagé soit d’une jupe anti-prédateur pour une sécurité optimale.

N’oubliez pas d’équiper l’espace de jeu de vos animaux avec les bâches pour enclos Zippi pour qu’ils puissent continuer à s’amuser, qu’il pleuve ou qu’il vente !

Si vous avez déjà un enclos Zippi, vous pouvez maintenant augmenter la taille de leur aire de jeu grâce aux extensions pour enclos Zippi.

Conditions générales
L’offre de 10 % de réduction sur les modèles de la gamme Zippi et des frais de livraison offerts est valable du 12/04/2019 au 26/04/2019 minuit. Les 10 % ne nécessitent aucun code promotionnel ; pour les frais de livraison offerts, entrez le code promotionnel ZIPPISAVE. Cette offre est valables sur les tunnels Zippi, leurs accessoires et sur les enclos et parcs Zippi. Les frais de livraison offerts ne s’appliquent qu’aux commandes contenant au moins 100€ d’articles Zippi et seulement au mode de livraison standard. Cette offre ne s’applique pas aux livraisons de nourriture et est uniquement valable au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Belgique, au Pays-Bas, au Luxembourg, en Autriche, en Italie, en Irlande, en Norvège, en Pologne, au Danemark, en Suède et en Espagne. Omlet n’est pas responsable d’éventuels retards des services tiers comme les transporteurs.

Dans la limite des stocks disponibles. Omlet se réserve le droit de retirer cette offre à tout moment ; elle n’est valable que pour les produits Zippi et n’est en aucun cas cumulable avec d’autres offres en cours.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Découvrez les produits Omlet sur la Foire de la Roche-sur-Foron 2019

Rencontrez Omlet à la Roche-sur-Foron !

Omlet.fr sera présent à la Foire de la Roche-sur-Foron du mercredi 1er mai au dimanche 12 mai 2019 au parc des expositions de la Roche-sur-Foron.

Sur notre stand situé dans le Hall S Aménagements Extérieur (L45) (voir plan ci-dessous) vous aurez la chance de rencontrer nos équipes et de découvrir:

 ↓ Notre emplacement Hall S Aménagements Extérieur (L45)↓

Pourquoi venir nous rencontrer à la Roche-sur-Foron ?

• pour découvrir la gamme Eglu en VRAI !
• pour comparer nos différents modèles de poulailler
• pour rencontrer nos équipes expertes et leur poser vos questions
• pour bénéficier d’une démonstration des fonctionnalités de nos produits
•  parce que cette foire est la meilleure de la région

 

Informations utiles :

Horaire d’ouverture :

du mercredi 1er au dimanche 12 mai 2019 de 10h à 19h

Soirée le vendredi 3 mai jusqu’à 20h

Nocturne le vendredi 10 mai jusqu’à 23h

Fermeture à 18h le dimanche 12 mai

Tarif d’entrée :

Adultes plein tarif : 6,50 € (5 € si acheté en ligne)

Étudiants (sur présentation de la carte) et scolaires (à partir de 12 ans) : 3 €

Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans

Parking : 2€

Adresse : PARC DES EXPOSITIONS DE LA HAUTE-SAVOIE – LA ROCHE-SUR-FORON

  • Des tarifs spéciaux pour tous!
  • Entrée gratuite tous les jours pour les enfants de moins de 12 ans
  • Entrée Gratuite pour les femmes et les jeunes filles le mardi 7 mai à l’occasion de la Journée de la femme
  • Entrée Gratuite pour les + de 65 ans les jeudi 2 et 7 mai à l’occasion des Journées des seniors

Site internet de la Foire de la Roche-sur-Foron : ici

Accès :

par l’autoroute A40, sortie n°16, Bonneville Ouest prendre Direction La Roche-sur-Foron.

par l’autoroute A410, sortie n°19, La Roche-sur-Foron. Suivre la direction « Parc des Expositions » ou « RD 1203 ».

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question concernant notre participation en cliquant ici

Au plaisir de vous rencontrer sur notre stand !

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


8 signes qui prouvent que votre chat vous mène par le bout du nez



Tous les propriétaires… pardon, tous les serviteurs de chats ne connaissent que trop bien les situations que nous allons évoquer. Si cet article vous fait penser à la dame aux chats de votre quartier, n’hésitez pas à l’afficher sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #Omlet.

 

Alors que vous aviez juré que votre chat n’irait jamais sur votre lit, il y passe maintenant plus de temps que vous et se glisse même parfois sous la couette.

Au réveil, vous vous retrouvez systématiquement avec votre chat allongé sur vous, couché sur votre oreiller, collé à votre visage, étendu sur vos jambes…

Votre chat exige que ses repas lui soient servis lorsqu’il le désire. Et vous cédez. À. Chaque. Fois.

Quand vous pointez un doigt sévère vers votre chat accompagné d’un « Non » strict, vous êtes toujours repoussé par un coup de griffes acérées, même si votre animal est en tort. Un chat n’est jamais en tort.

Vous avez acheté des dizaines de jouets que votre chat n’a jamais daigné toucher…
« Mais le papier toilette, c’est trop marrant ! Oh, regarde, un élastique ! Un carton d’emballage ? C’EST CE QUE JE PRÉFÈRE ! »

Pourquoi diable auriez-vous besoin d’un réveil ? Vous avez un chat qui a les crocs !
« Qui a dit que 5h00 du mat’, c’était trop tôt pour le petit-déj’ ? Allez, debout ! »

« Si JE veux jouer dans le lavabo, JE jouerai dans le lavabo. Et ne t’avise pas d’essayer de m’en faire partir. »

Malgré tout, vous ne pouvez pas vous empêcher d’aimer votre chat ! C’est bien la preuve que c’est lui le maître !

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Poules de réforme – Partie 2

Nathalie tient le compte Instagram My Backyard Paradise. Avec l’aide de son mari et de ses trois filles, elle s’occupe de sa « petite ferme de jardin » chez elle en Belgique. Les magnifiques photos qu’elle partage avec ses followers en témoignent : il s’agit bien d’un petit paradis. En juin 2018, elle décide d’agrandir sa ferme en y ajoutant trois poules de réforme, ces poules sauvées de justesse de l’abattoir. Suivez son aventure grâce au double album-photo qu’elle a tenu spécialement pour nous !

Découvrez la première partie de ses aventures ici.

Semaine 3

À ce stade, je donnais toujours aux poules de l’Alfamix (un mélange de graines, de granulés et d’amphipodes) et des granulés. Il était temps de les sevrer des granulés, la seule nourriture qu’elles aient connue avant qu’on ne les sauve. Pendant un mois, on a gardé seulement l’Alphamix, puis on les a nourri avec la même nourriture que nos autres poules. Elles ont également accès à un grand pré où elles peuvent trouver quelques friandises supplémentaires.

Il fallait aussi faire quelque chose pour leurs griffes. D’habitude, mieux vaut ne pas s’en occuper et laisser les poules se faire les griffes naturellement… Mais là, on devait retirer le purin qui s’était coincé dessous. On leur a trempé les pattes dans de l’eau tiède et on les a nettoyées. Ça nous a prit plus d’une demi-heure par poule. Nos canards sont venus nous donner un coup de main et en ont profité pour prendre un bain ! Après ça, on a donné une friandise aux poules pour les récompenser. C’est la saison des fraises, donc j’en ai coupé quelques unes en petits morceaux. Mon mari disait que nos nouvelles poules n’étaient pas encore capables de manger des fraises car elles n’étaient pas habituées à ce genre d’aliments, mais une fois coupées en petits morceaux, elles n’en n’ont fait qu’une bouchée. Petit à petit, on les a habitué à d’autres aliments. Nos poules ont toujours eu un bon apport en fruits et légumes, surtout avec les parties de légumes qu’on ne cuisine pas ou les restes des repas pour l’école de nos enfants… On préfère les donner aux poules plutôt que les mettre au compost.

On est passé à deux œufs par jour. Une des poules s’est brusquement arrêté de pondre, mais on ne lui en veut pas. C’est la nature, on doit faire avec et respecter son « choix ».

Cette semaine, elles ont connu leurs premières pluies. Par chance, ma fille prend extrêmement soin des poules et voulait s’assurer qu’elles soient bien abriter. Quand elle est allée vérifier si tout allait bien, elle les a trouvées dans l’enclos, immobiles et trempées. Elle aussi était trempée quand elle est revenue me voir. Elle me demande de mettre les poules dans l’Eglu, « sinon elles comprendront jamais, maman ! ». Nos enfants sont très impliqués et pensent que les poules pondeuses sont maltraitées par l’industrie. Ils me disent que la prochaine fois, on devrait en sauver une cinquantaine ! Pas sûre que nos voisins trouvent l’idée intéressante… Nos enfants doivent aussi comprendre que la nature a un rythme et que les poules pondent moins d’œufs en hiver, ce qui ne veut pas dire qu’elles doivent mourir pour autant ! On mangera moins d’œufs et on en mettra au congélateur pour pouvoir faire des gâteaux plus tard. En tout cas, on n’achètera pas d’œufs cet hiver !

Semaine 5

Nos poules commencent vraiment à nous reconnaître, elles savent désormais qu’on leur apporte des friandises. Il est temps de les présenter au reste de la famille ! Les autres poules n’ont pas pu se promener librement hors de leur enclos depuis qu’on a eu les poules de réforme car le risque qu’elles leur apportent des parasites était trop élevé. Elles ont enfin pu retrouver les plaisirs du jardin et étaient très curieuses de rencontrer leurs nouvelles amies aux plumes marron ! À l’inverse, ces dernières étaient peu confiantes et restaient groupées entre elles au milieu de leur enclos. On a passé la semaine à faire en sorte qu’elles puissent s’habituer les unes aux autres. On aimerait pouvoir les mettre toutes dans un grand enclos. En peu de temps, elles se sont habituées aux autres poules et ne font même plus attention quand dix d’entre elles grattent le sol à leurs côtés.

Comme elles font maintenant partie de la famille, il a fallut leur trouver des noms. On a toujours cherché des noms ensemble, et cette fois, on s’est mis d’accord pour leur donner les noms de membres de la famille royale belge – ces poules seront nos plus grosses pondeuses, elles méritent donc du respect. On les a appelées Louise, Elizabeth et Mathilde. Elles n’ont plus peur et à ce stade elles ont commencé à manger directement dans nos mains. On s’adresse à elles calmement, ce qui permet de ne pas les stresser. Elles commencent à reconnaître nos voix et à les associer à la nourriture. En plus des légumes, on leur donne des restes de nos repas, comme du riz ou des pâtes (qu’elles aiment beaucoup). Elles continuent à nous pondre deux œufs par jour !

Deuxième mois

Ce fut enfin le moment de déplacer l’Eglu dans le verger, la cour de récré de nos poules. On a ouvert la porte du poulailler… Les poules sont restées à l’intérieur, mais notre faverolles, gourmande comme elle est, a voulu tester leur nourriture et s’est frayée un chemin dans l’enclos. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les trois poules l’ont attaquée ! Mes enfants étaient choqués, ils ne s’y attendaient pas du tout. Ça ne m’a pas trop inquiétée car je sais que ça finira par s’arranger et qu’elles sont suffisamment en bonne santé pour pouvoir se défendre. Il suffit de leur laisser quelques jours pour s’habituer les unes aux autres.

Elles ont fini par mettre le nez dehors pour explorer le verger. Elles restaient groupées toutes les trois et les autres poules n’allaient pas à leur rencontre. Mais le plus dur les attendait : elles allaient devoir dormir dans le grand poulailler avec leurs futures congénères. Une fois la nuit tombée, on les a sorties de leur Eglu pour les mettre sur un perchoir du grand poulailler. Mieux vaut faire ça quand il fait nuit noire pour éviter qu’elles ne se battent. Cela permet également aux poules de toutes avoir la même odeur au petit matin. On a laissé la porte automatique fermée pendant deux jours, ce qui leur a permis d’établir la hiérarchie, l’ordre dans lequel elles se nourrissent et de s’habituer à leur nouvel environnement.

La transition s’est très bien passé, mais elles ne laissent pas les coqs s’approcher d’elles ! D’ailleurs elles sont largement prioritaires sur lui pour la nourriture. Au bout de deux jours, on a rouvert la porte et fait sortir tout ce petit monde dehors. Les trois poulettes étaient un peu hésitantes au début mais elles ont fini par sortir du poulailler pour voir ce que leurs nouvelles amies faisaient. Le seul problème avec nos trois nouvelles poules est qu’elles aiment bien rester dehors tard, après que la porte automatique ne se soit fermée. Mon mari a pris une lampe-torche pour aller les chercher et les rentrer dans le poulailler avec les autres, mais on ne va pas faire comme ça toutes les nuits… On part en vacances bientôt et on aimerait bien qu’elles rentrent dedans d’elles-mêmes. Au lieu de les mettre dans le poulailler, on a fini par simplement ouvrir la porte quand elles voulaient rentrer. Au bout de quelques jours, elles ont fini par entrer dans le poulailler avant que la porte ne se referme. On peut donc partir en vacances sans se faire de soucis !

J’ai remarqué que depuis qu’elles ont décidé de dormir dans le poulailler, elles ont vraiment trouvé leur place au sein du groupe. Elles dorment même sur les perchoirs les plus hauts. On a aussi constaté qu’elles pondent moins qu’avant – on ne ramasse plus qu’un œuf par jour, ce qui est étonnant car on entend clairement deux poules glousser. La plus jeune de nos filles a décidé de les surveiller de près. Après avoir passé une demi-journée dans le verger, elle a pu fièrement nous annoncer qu’elle avait trouvé l’endroit où l’une d’entre elles pondait ses œufs. Elle avait un nid top secret, un vrai trésor de pirate qui contenait sept œufs ! Après avoir retiré les œufs et les branches qui constituait le nid, la poule qui l’utilisait a fini par pondre ses œufs dans le poulailler.

Trois mois plus tard

Avec mon mari, on a pris des vacances séparées pour pouvoir surveiller les poules et ramasser les œufs. On a toujours un peu peur quand on rentre chez nous car il y a un renard qui rôde dans les parages. Mais elles sont toujours là ! On a un abreuvoir automatique, elles ont plein de nourriture et avec toutes les prunes, les pêches et les pommes qui tombent des arbres, leur alimentation est très variée ! Rien de tel que des poules heureuses et un seau rempli d’œufs frais. Toutes nos poules peuvent maintenant se balader à leur guise dans le jardin quand on est chez nous. Nos trois poules de réforme sont devenues les plus aventureuses. Les autres poules n’avaient jamais prêté attention au tas de compost mais elles, elles l’ont déjà repéré et le retournent de temps en temps. Ce sont les seules poules qui entrent dans la cuisine. Quand on prend nos repas dehors, l’une d’entre elles saute même parfois sur la table… Elles savent bien nous divertir !

On est à la fois rassuré et fier que ces poules se soient si bien faites à une vie normale. L’été ne fut pas une partie de plaisir pour nos animaux… Il a fait très chaud et il n’a presque pas plu, ce qui d’habitude les aide à rester au frais. Mais grâce aux soins méticuleux et à l’attention qu’on leur a apportés, elles s’en sont bien sorties.

Les trois poulettes ont maintenant fière allure et font indiscutablement partie de la famille. Elles sont très bien apprivoisées et sont toujours les premières à venir vers nous pour se faire chérir et qu’on les prenne dans nos bras. Leur curiosité est incroyable, tout comme leur passion pour les lacets colorés… Elles ont arrêté de pondre pour focaliser leur énergie sur la mue. On leur donne des muffins pleins de protéines pour les aider dans le processus.

Dans quelques semaines, elles auront un beau plumage reluisant. La seule chose qui pourra nous faire dire qu’il s’agissait de poules de réforme sera leur bec raccourci !

Si vous voulez adopter des poules de réforme, n’hésitez pas à contacter des associations près de chez vous. Vous pouvez par exemple contacter Les Poules Heureuses ou Poules Pour Tous suivant votre région. Ces associations sont souvent à but non-lucratif et luttent pour la survie de poules qui ne méritent pas un si triste destin.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Poules de réforme – Partie 1

Nathalie tient le compte Instagram My Backyard Paradise. Avec l’aide de son mari et de ses trois filles, elle s’occupe de sa « petite ferme de jardin » chez elle en Belgique. Les magnifiques photos qu’elle partage avec ses followers en témoignent : il s’agit bien d’un petit paradis. En juin 2018, elle décide d’agrandir sa ferme en y ajoutant trois poules de réforme, ces poules sauvées de justesse de l’abattoir. Suivez son aventure grâce au double album-photo qu’elle a tenu spécialement pour nous !

S’il nous manquait quelque chose dans notre ferme, c’était bien une poule pondeuse capable de pondre ses 300 œufs par an. En automne, nos poules pur-sang n’ont pas été très productives. Elles préféraient passer du temps à revitaliser leur plumage, attendant que les jours se rallongent pour se remettre à pondre. L’an dernier, on n’a pas eu d’œuf pendant plus de trois mois alors qu’on avait dix poules ! Il fallait se rendre à l’évidence : si on voulait des œufs en automne, on avait besoin de poules pondeuses.

Pour nous procurer nos poules, on passe systématiquement par des éleveurs amateurs ou un petit commerçant, ce qui nous permet de voir les poules et leurs conditions de vie : on peut vérifier qu’elles aient accès à de l’herbe, de l’eau fraîche et un habitat décent. Malgré tout, on aime bien l’idée de sauver des poules de l’abattoir et de leur donner une seconde vie dans notre jardin. En batterie, les poules ne vivent pas plus que 16 mois car leur corps a ensuite besoin de se reposer, ce qui veut dire qu’elles arrêteront de pondre et entraînent une perte pour l’industrie. En plus de ça, la production d’œufs diminue également à chaque mue, ce que les industriels ne tolèrent pas !

C’est donc ce qu’on a fait. La première étape fut de trouver un organisme permettant de sauver des poules de réforme. On a d’abord pensé à passer par www.redeenlegkip.be (‘Sauvez une poule de batterie’), un site belge qui permet d’acheter ou d’adopter une poule pondeuse. Si vous en adoptez une, vous versez une contribution mensuelle de 5€ et vous avez 24 œufs par mois en retour. Si vous en achetez une, ils la récupèrent avant qu’elle ne parte pour l’abattoir et lui prodiguent les premiers soins si nécessaire. Cependant, on voulait s’occuper des poules nous-mêmes. En poursuivant mes recherches, je suis tombée sur un autre site belge, www.lespoulesheureuses.org (également actif en France depuis peu). Avec eux, vous allez récupérer vous-même votre poule, ce qui vous permet d’avoir l’adresse et le code (qui apparaît sur les œufs) de la société.

On a ensuite dû attendre le bon moment. Il vaut mieux sauver une poule pendant une période de l’année où elle pourra facilement récupérer. En général, les poules de réforme n’ont pas beaucoup de plume et certaines ne sont jamais sorties de leur grange, dans laquelle la température descend très rarement en-dessous de 18°C ! La plupart n’ont jamais connu la pluie, donc il ne faut pas trop les brusquer avec les éléments – elles peuvent être très sensibles au vent ou aux courants d’air. Elles ont déjà eu des conditions de vie difficiles, si en plus elles tombent malades…

Semaine 1

16 juin Finalement, en 2018, j’ai franchi un cap. J’ai réservé trois Isa Brown dont les œufs étaient marqués du chiffre 2, c’est à dire qu’ils étaient certifiés comme « issus de poules élevées au sol ». Et là, vous vous dites « comment ça, des poules élevées au sol ? »

Dans l’industrie, cette dénomination, bien que n’étant pas la « pire » (le chiffre 3 indique des poules de batterie), désigne des poules ayant passé leur vie à l’intérieur d’une grange ou d’un entrepôt. Elles ont des perchoirs, des pondoirs, des griffoirs et le sol est recouvert de paille. Il y a maximum neuf poules par mètre carré et le débecquage y est autorisé. Pour des poules « en liberté » (car elles sont techniquement libres), on est bien loin de conditions de vie optimales…

Ma fille de 9 ans m’a accompagnée pour aller récupérer les poules. Je l’ai prévenue avant d’arriver qu’elles risquaient d’être en mauvaise santé, qu’elles ne ressembleront pas à celles qu’on a chez nous, qu’elle ne pourra pas les prendre dans ses bras pour leur faire des câlins et qu’on devra s’occuper d’elles en priorité. En arrivant sur place, on s’est aperçu qu’on n’était pas les seuls à venir acheter des poules : un couple de personnes âgées sont venus prendre deux poules et un homme avec une cinquantaine de cages était également présent. Après nous, les gens continuaient d’arriver. Je finis par demander à un membre du personnel si on peut avoir trois poules. Il a vu que j’étais avec ma fille et est parti nous les chercher. On a bien entendu interdiction d’entrer dans l’entrepôt ou de le prendre en photo. Les trois poules qu’on nous a ramenées avaient meilleure allure que celles qu’avait récupérées le couple avant nous – les nôtres ont encore beaucoup de plumes. Peut-être que le vendeur ne m’aurait pas donné ces poules s’il n’avait pas vu ma fille, ce qui m’aurait permis de me faire une impression peut-être plus honnête des conditions de vie des poules de réforme. Après avoir payé 3€ par poule, leur nouvelle vie va enfin commencer. Chez moi, tout était prêt pour les accueillir. Après dix minutes de route, on s’est regardé, ma fille et moi : il y avait une odeur dans la voiture. Pas l’odeur classique de fumier, plutôt une odeur chimique, synthétique. Les poules ne faisaient pas un bruit, j’espérais qu’elles allaient survivre à un trajet d’une heure en voiture…

Une fois chez nous, on les a inspectées méticuleusement. Elles étaient paralysées… Étaient-elles transites de froid ? De peur ? Elles avaient encore des plumes mais leur plumage était terne, moins brillant que celui d’une poule en bonne santé. Leurs plumes étaient toutes emmêlées et celles de la queue n’avaient pas fière allure. Leurs yeux étaient blancs et leur crête très pâle. Leurs griffes étaient courbées et bien trop longues, et leurs pattes couvertes de purin : elles n’avaient visiblement pas eu le temps de bien se faire les griffes… Elles ont le bout du bec coupé et malheureusement cette opération très douloureuse a lieu quand la poule n’est qu’un poussin d’une dizaine de jours, simplement pour qu’elle ne s’arrache les plumes (ce que les poules font quand elles sont stressées, par exemple si elle ne peuvent pas chercher de la nourriture dans l’herbe).

La première chose à faire fut de les traiter contre les parasites comme les poux ou les vers. On utilise de la terre de diatomée, un produit naturel qui lutte contre tout type de parasites. Pour l’instant, elles devaient être mises en quarantaine. On les a donc installées dans notre Eglu Classic d’Omlet. Il est équipé d’un enclos de 2m et il se déplace facilement, ce qui nous permet de les faire se promener sur de l’herbe fraîche tous les jours. En plus, il se nettoie très rapidement. On a soulevé les poules délicatement hors de leur cage en surveillant de près leur premier contact avec de la pelouse. Elles avaient l’air surprises et sont restées immobiles pendant quelques minutes avant que l’une d’entre elles ne se rende compte qu’elle était capable de (et autorisée à) marcher. Lentement mais sûrement, elles ont commencé à explorer leur enclos. Pendant que les enfants les surveillaient, j’ai ajouté quelques gouttes de médicament à leur eau. On utilise de l’Avimite pour traiter les poux et les mites. Elles en prennent tous les jours pendant les sept premiers jours, puis une fois par semaine pendant cinq semaines. Elles ont fini par trouver leur abreuvoir et on aurait dit qu’elles n’avaient pas bu depuis plusieurs jours. D’habitude, on ne donne pas de granulés à nos poules donc j’ai dû m’en procurer car c’est la seule nourriture qu’elles aient connue de leur vie. Le soir venu, on les a aidées à rentrer dans leur Eglu pour qu’elles puissent passer la nuit en toute sécurité.

Quand j’ai ouvert la porte du poulailler le lendemain matin, elles n’ont pas voulu sortir. Au bout d’une heure, on les a sorties nous-mêmes et on a constaté qu’elles avaient déjà pondu trois œufs, deux sur les perchoirs et un dans le pondoir. Comme elles étaient sous médicament, impossible de manger leurs œufs pendant plusieurs semaines. C’est triste mais on ne peut pas vraiment prendre le risque… On les a donc jetés.

Elles ont passé le reste de la journée dehors assises dans la pelouse. Elles ont pu pour la première fois goûter l’herbe et les trèfles et on dirait qu’elles ont bien aimé ! Les deux nuits suivantes, on a dû les aider à nouveau à rentrer dans l’Eglu le soir mais après ça elles ont enfin compris que c’était leur nouvelle maison. Elles se sont mises à sortir toutes seules le matin quand je leur ouvre la porte. Au bout de quelques jours, elles ont pris l’habitude de pondre dans le pondoir. Leurs yeux s’éclaircissent de nouveaux et elles commencent à établir leur hiérarchie. Elles sont bien plus en forme que pendant les premiers jours mais elles ont encore du chemin à faire avant d’être en aussi bonne santé que nos autres poules. Bien qu’elles n’aient plus peur de nous quand on s’approche d’elles, on ne peut toujours pas les toucher. C’est assez dur pour les enfants qui ont très envie de les prendre dans les bras pour leur faire oublier leur douloureux passé… Mais elles doivent d’abord s’habituer à leur nouvel environnement, à leur nouvelle vie et à notre présence.

Semaine 2

Maintenant, on ne leur donne leur traitement anti poux rouges qu’une fois par semaine. On peut commencer à les vermifuger. Ce traitement doit être donné cinq jours de suite et peut lui aussi être dilué dans leur eau. Les poules pondent deux ou trois œufs par jour. Elles se sont faites à leur nouvel environnement, elles n’ont plus peur de nous ou de notre chien quand il s’approche d’elles pour les renifler. La hiérarchie et l’ordre des repas sont bien instaurés. Il est temps de changer leur régime alimentaire ! On veut le meilleur pour nos animaux, ce qui inclut un régime sain et équilibré. Nos autres poules ont du Garvo mais nos trois nouvelles recrues on besoin d’avoir un peu plus de nutriments et de vitamines. On leur donne de l’Alphamix, un mélange de graines très riche avec des granulés et des amphipodes. Mais quand je les mélange avec leurs granulés actuels, j’ai remarqué qu’elles faisaient le tri et ne touchaient pas à leur nouvelle nourriture. En revanche, elles mangent beaucoup d’herbe et de trèfles. Petit à petit, leurs crêtes reprennent des couleurs !

Ce week-end, notre fille cadette a décidé qu’il était temps de les laisser gambader en liberté dans le jardin. Elles adorent avoir plus d’espace et raffolent des bains de sable, mais c’est très compliqué de les faire rentrer dans leur Eglu… Même si elles finissent par y retourner d’elles-mêmes au bout d’un certain temps. Au moins, on a pu constater qu’elles ne sont pas tout à fait prêtes pour la vie en extérieur.

Revenez dans quelques semaines pour découvrir la deuxième partie de l’aventure de ces poules de réformes !

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Guide pour se lancer dans l’élevage de poules

 

Si vous voulez profiter de l’arrivée du printemps pour vous lancer dans l’élevage de poules, vous devez certainement vous demander comment faire pour bien s’en occuper. Certain conseils s’appliquent à tous les éleveurs de poules alors que d’autres dépendent du nombre de poules que vous avez ou de la taille de votre terrain. Ce petit guide pratique contient toutes les informations dont vous avez besoin à ce sujet. Vous trouverez également une liste de courses à la fin de l’article !

Le poulailler

Commençons par le commencement : trouver un toit pour vos poulettes. Votre choix va dépendre en grande partie du nombre de poules que vous allez avoir. Chez Omlet, on recommande d’opter pour un poulailler en plastique qui limite le risque d’infestation de poux rouges et protège mieux les poules du mauvais temps. Les poulaillers traditionnels en bois ont un certain charme mais sont beaucoup plus durs à entretenir et à isoler, sans même parler des poux rouges qui se sentent chez eux dans le bois.

Nous poulaillers Eglu sont non seulement très élégants, que ce soit en vert ou en violet, et permettent à vos poules d’être protégées des intempéries et d’avoir un habitat bien isolé. Ils sont très faciles à nettoyer, ce qui vous incitera à le faire régulièrement et limitera drastiquement le risque d’infestation de parasites.

L’Eglu Go et l’Eglu Go UP sont tous deux de bons « premiers poulaillers » si vous prévoyez d’avoir entre 2 et 4 poules. Les deux modèles ont le même intérieur avec le tiroir à déjection, un pondoir, des perchoirs et une porte située à l’arrière. La seule différence est que le Go UP est surélevé (une échelle permet aux poules d’accéder au poulailler), ce qui permet aux poules d’avoir plus d’espace dans leur enclos.

L’Eglu Cube est notre plus grand poulailler. Il peut accueillir jusqu’à 10 petites poules comme des bantams de Pékin, 6 à 8 poules de taille moyenne comme des Gingernut Ranger ou 4 à 5 poules plus grosses comme les magnifiques poules Cochin. Il est lui aussi équipé d’une porte arrière et d’un tiroir pour recueillir les déjections. Une trappe latérale vous donne un accès direct au pondoir (suffisamment grand pour que trois poules puissent couver en même temps) pour récolter les œufs facilement.

L’enclos

Les poulaillers Eglu peuvent être équipés d’enclos sur mesure résistant aux prédateurs. La petite extension de grillage au pied de l’enclos (la « jupe ») empêche les animaux de creuser et donc de pénétrer à l’intérieur. Vous pouvez monter un enclos de la taille de votre choix en fonction du nombre de poules que vous avez et de la fréquence avec laquelle vous les laisserez se promener en liberté. Quoi qu’il en soit, même si vous optez pour un petit enclos, vous pourrez toujours vous procurer des extensions sur notre site. Vous pouvez également vous tourner vers un grand enclos pour donner plus d’espace à vos poules et pour y entrer plus facilement afin de les surveiller et de passer du temps avec elles.

 

Parmi les nombreux accessoires disponibles pour nos Eglu, vous trouverez des roues et des poignées pour pouvoir déplacer votre poulailler plus facilement.

Suivant la configuration de votre jardin, vous pourriez également être intéressé par notre filet à poules. Il ne protège pas vos animaux des prédateurs mais il permet de contenir vos poules au même endroit ou de les empêcher d’accéder à une partie de votre jardin. Un tel filet peut s’avérer très pratique si vous avez un très grand terrain et que vous ne voulez pas que vos poules se perdent, ou bien si vous avez un potager ou un parterre de fleur que vous voulez protéger. Par sécurité, il est tout de même conseillé de ne les laisser en liberté que si vous pouvez les surveiller ou si vous savez pertinemment qu’aucun prédateur ne rode près de chez vous.

Divertissement

Comme la plupart des animaux, les poules doivent pouvoir s’amuser et se divertir, même en votre absence !

Nos jouets à picorer Rocky et Elvis permettent de diffuser les graines ou les friandises de vos poules au compte-gouttes. Comme elles doivent donner des coups de bec dans le jouet pour faire tomber ce qu’il contient, c’est une très bonne source de divertissement. Le perchoir d’Omlet peut être placé n’importe où dans tout type d’enclos et permet à vos poules de satisfaire un instinct coriace : celui de se percher le plus haut possible.

Protection contre les intempéries

Pour les mois les plus chauds, vous pouvez vous procurer des bâches de protection pour que vos poules aient un endroit au frais pour se reposer.

Pour l’hiver, les couvertures de protection thermique leur permettent de rester au chaud même avec des températures en-dessous de zéro. Nous avons toute une gamme de bâches pour enclos permettant à vos poules de profiter de l’extérieur tout en étant protégées des éléments.

La nourriture

Si vous avez des poules pondeuses, vous devrez leur donner de la nourriture adaptée aux poules pondeuses qui contient les protéines nécessaires pour qu’elles soient en bonne santé et continuent de pondre régulièrement. Une poule adulte mange environ 120g de graine par jour. Vous devrez aussi leur donner des graviers, indispensables pour faciliter la digestion (car, rappelons-le, les poules n’ont pas de dents).

Le maïs est une friandise très appréciée par les poules, mais vous devez leur en donner avec modération car il est riche en acides gras. D’autres friandises comme les fruits, les légumes verts ou les céréales doivent aussi être données en petites quantités pour que les graines restent la nourriture principale des poules.

Vous devez également vérifier que vos poules aient toujours accès à de l’eau fraîche et propre. Remplissez leur abreuvoir tous les jours.

Nos Eglu sont tous livrés avec leur mangeoire et leur abreuvoir mais vous pouvez vous en procurer plusieurs pour en disposer à différents endroits de votre jardin, surtout si vos poules sont souvent en liberté. D’autant plus que certaines n’aiment pas partager leur nourriture avec leurs colocataires !

La litière

Il existe différents types de litière pour les poules sur le marché et votre choix va dépendre de vos préférences personnelles. Vous pouvez utiliser des copeaux de bois, de la paille, des chutes de carton, de l’Aubiose ou encore de de la litière pour poules comme la Easichick.

Le nettoyage

Si vous voulez nettoyer le tiroir à déjection et le pondoir une fois par semaine, il est fortement conseillé de saupoudrer un peu de terre de diatomée autour et à l’intérieur de votre poulailler pour éviter toute infestation de parasite. Vous pouvez aussi mettre de la poudre absorbante dans la litière pour l’assainir, ce qui rallongera sa durée de vie et réduira également le risque de développement des bactéries.

Nettoyez votre poulailler de fond en comble une fois par an en désinfectant avec un nettoyant comme le Clean ‘n’ Safe ou tout autre désinfectant similaire afin d’être sûr(e) qu’aucun parasite ne s’y développe.

Et pour finir : les poules !

Une fois que tout est en place et que vous êtes fin prêt(e) à accueillir des poules, nous vous recommandons de faire appel à des refuges comme Poules Pour Tous afin de sauver des poules de réforme (des poules qui sans votre aide partiraient à l’abattoir alors qu’il leur reste encore quelques années de ponte devant elles). Bien que ces poules peuvent se montrer assez méfiantes à l’idée de vivre dans un nouvel environnement, elles finiront par s’habituer et continueront à vous donner des œufs frais tous les matins.

La liste de course :

  • Un poulailler
  • Un enclos
  • Un grillage
  • Des roues et des poignées pour le poulailler
  • Des bâches de protection pour l’enclos
  • Des jouets (perchoirs, diffuseur de graines…)
  • Une mangeoire et un abreuvoir
  • Des graines
  • Du gravier
  • De la litière
  • De la terre de diatomée
  • De la poudre absorbante
  • Un désinfectant inoffensif pour les poules

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Des crêpes pour vos toutous

Le 5 mars, c’est Mardi Gras ! Pendant que vous réfléchissez aux
nouveaux ingrédients que vous allez pouvoir mettre sur vos crêpes cette année, nous, nous pensons à ce
dont nos chiens auraient envie. Chacun ses priorités.

Ne privez pas votre ami à poils de ce Mardi Gras : faites-lui plaisir avec
cette recette de crêpes spécialement adaptée pour les chiens (et n’oubliez pas les garnitures!) En plus, cette
recette délicieuse et saine convient aussi aux humains !

Vous aurez seulement besoin de :

  • 2 œufs
  • 2 bananes mûres
  • 1 cuillère à soupe de farine
  • 1 spray d’huile de coco pour la
    poêle.

Les œufs constituent une excellente source de protéines pour les chiens et ils regorgent de
vitamines, qui peuvent aussi leur être bénéfiques. Les bananes sont également riches en vitamines et
minéraux ; elles aideront à renforcer le système immunitaire de votre chien et contribueront à la bonne
santé de sa peau.

Écrasez les bananes dans un saladier ou dans le bol d’un robot. Ajoutez
les œufs et mélangez. Épaississez le mélange à l’aide de la farine jusqu’à obtenir une pâte. Vaporisez de
l’huile de coco dans une poêle chauffée à feu moyen. Versez une cuillère à soupe de pâte dans la poêle et
laissez cuire pendant 2 à 3 minutes. Retournez-la pour cuire l’autre côté. Laissez les crêpes refroidir avant
de les donner à votre chien.

Quelques suggestions de garnitures pour les crêpes de votre chien –

  • encore des bananes !
  • du yaourt grec
  • du beurre de cacahuète (vérifiez
    qu’il n’y ait surtout pas de
    xylitol dans les ingrédients)
  • des myrtilles
  • des fraises
  • des pommes
  • du cottage cheese
  • des petits dés de cheddar
  • ses propres friandises !

Prêt à faire sauter les crêpes ? Participez à la fête sur Instagram en nous
taguant avec le hashtag #FlippingFido dans les vidéos de votre chien qui essaye d’attraper ses crêpes.

N’oubliez pas que les friandises doivent être données avec modération ;
adaptez la portion en fonction de la taille de votre chien pour éviter une indigestion.

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised


Décryptez le langage corporel de votre lapin

Les chats et les chiens (ainsi que les humains) émettent des sons pour faire comprendre aux autres ce qu’ils ressentent, ce qu’ils veulent ou ce qu’ils n’apprécient vraiment pas. Les lapins font la même chose mais ils utilisent avant tout le langage corporel pour communiquer avec leurs congénères ou avec vous. Vous aurez sans doute du mal à déchiffrer tout ce que votre lapin essaye de vous dire mais, en apprenant quelques petits trucs sur son langage corporel, vous pourrez améliorer son quotidien.

Selon la situation et le caractère de votre lapin, ses postures et expressions peuvent signifier beaucoup de choses différentes. Il est donc important de savoir repérer et analyser les signaux qu’il envoie pour comprendre ce qui lui arrive.

LES SONS


Les lapins sont des animaux relativement calmes mais ils émettent parfois des sons, qui sont très facilement identifiables. En voici quelques uns :

GrognementsUn grognement bref et sec signale une agression : votre lapin se sent menacé par votre présence ou par quelque chose dans son environnement proche.

CrisSi votre lapin pousse des cris forts et perçants, c’est probablement parce qu’il est effrayé ou qu’il ressent une douleur intense.

Petits grognements & légers grincements de dentsC’est l’équivalent des ronronnements du chat : votre lapin vous indique qu’il est satisfait et détendu.

Grincements & claquements de dents intensesEn revanche, si les grincements se transforment en gros claquements de dents, cela signifie sûrement que votre lapin a très mal quelque part.

Cognements répétés sur le solLes lapins se mettent à taper du pied quand ils ont peur ou se sentent menacés, ou bien quand ils souhaitent avertir leurs congénères d’une situation particulière. Les pattes arrière des lapins sont très musclées et le bruit de ces coups peut donc être étonnamment fort.

LES YEUX, LES OREILLES & LE MUSEAU

Les lapins utilisent leurs oreilles pour se tenir informés de ce qui se passe autour d’eux. Vous pouvez donc savoir comment ils se sentent rien qu’en les observant. Si les oreilles de votre lapin sont dressées et tressautent, c’est qu’il est en train d’écouter quelque chose. S’il considère que ce qu’il entend est sans importance ou ne présente aucun danger, il est possible qu’il ne dresse qu’une oreille. Lorsqu’un lapin est détendu, il n’est pas rare que ses oreilles se couchent le long de son corps, souvent contre son dos.

Les lapins ont des yeux très expressifs. Comme se sont des proies à l’état sauvage, ils ne ferment leurs yeux entièrement que lorsqu’ils sont très à l’aise et se savent en sécurité. Si vous voyez que votre lapin dort les yeux complètement fermés, cela signifie qu’il se sent vraiment comme à la maison. Des yeux grands ouverts, un poil qui se dresse et des grognements indiquent que votre lapin est effrayé par quelque chose. La paupière intérieure de l’œil de votre lapin peut également devenir visible quand il est mal à l’aise.

Le museau est aussi un bon outil pour savoir comment se sent votre lapin et s’il est intéressé ou non par son environnement. Plus son museau remue, plus votre lapin est concentré ou excité. Le lapin a tendance à frotter son museau contre les choses qu’il aime : s’il le fait contre vous, c’est donc pour vous montrer toute l’affection qu’il vous porte. Et s’il y rajoute un coup de langue, c’est qu’il vous aime vraiment très fort !

LES POSTURES

Posture classiqueLe lapin est assis, son poids repose sur l’arrière de son corps, ses pattes avant sont raidies et ses oreilles dressées. Il est en train d’observer ce qui se passe.

La tête sur le solEn posant la tête au sol, le lapin indique qu’il se soumet. Cela signifie peut-être qu’il veut être brossé ou caressé. Cependant, cela peut aussi vouloir dire qu’il veut qu’on le laisse tranquille. Il est donc important que vous analysiez les autres signaux qu’il vous envoie avant d’agir.

Il se met en bouleLe lapin est assis en boule avec les pattes rentrées et, en général, les oreilles couchées le long du corps. Il dort ou se repose. Les lapins dorment parfois les yeux ouverts mais ils n’hésitent pas à les fermer lorsqu’ils se sentent à l’aise et en sécurité.

À plat ventreLe lapin est allongé sur le ventre, les pattes tendues vers l’arrière ou sur le côté, et la tête levée ou posée au sol. Il est détendu et se repose. Plus il étend ses pattes vers l’arrière, plus il se sent à l’aise.

Il se laveSi votre lapin se lave en votre présence, cela signifie qu’il vous fait confiance. À l’état sauvage, les lapins risquent en permanence de se faire attaquer par des prédateurs ; de fait, votre lapin ne vous quitterait pas des yeux s’il pensait que vous pourriez représenter un danger pour lui.

Il donne des coups de museauCela peut vouloir dire « Laisse-moi tranquille ! » ou « Tu es sur mon chemin ! ». Cependant, il peut également s’agir d’une marque de confiance, le lapin ne vous considérant pas comme une menace.

Il tourne en rondLorsque vous passez du temps avec lui dans son enclos, il peut arriver que votre lapin se mette à courir dans vos jambes. Il s’agit d’un rituel nuptial et c’est donc le signe que votre lapin est fou amoureux de vous !

Il marque son territoireSi vous venez d’investir dans un nouveau clapier ou un nouvel enclos, votre lapin s’empressera de marquer son territoire. Pour ce faire, il frottera les glandes odoriférantes situées sur son cou contre les parois et objets, et urinera et déposera des excréments un peu partout.

Construction d’un nidSi vous remarquez que votre lapine commence à s’arracher des poils et à accumuler du foin dans un coin du clapier, elle est probablement en train de construire un nid. Il arrive que les lapines fassent des grossesses nerveuses mais si vous pensez qu’il est possible que la vôtre attende des petits, contactez votre vétérinaire.

Le bunny flopAllongé sur le dos, le lapin a les quatre fers en l’air. Il est très heureux et détendu et peut parfois enchaîner cette posture avec un binky, également appelé « danse du lapin heureux ». Il se met alors à courir dans tous les sens, danse comme un fou et saute en l’air, en pleine extase.

Sources :
https://www.omlet.co.uk/guide/rabbits
https://www.petplan.co.uk/blog/5906/
http://www.wabbitwiki.com/wiki/Understanding_your_rabbit
http://www.bunnyhugga.com/a-to-z/rabbit-behaviour/rabbit-body-language.html
https://rabbit.org/interpreting-body-language-and-behavior/

No comments yet - Écrire un commentaire

This entry was posted in Uncategorised